« Gilets jaunes » : 900 personnes défilent à Rennes, la police fait usage de gaz lacrymogènes

MANIFESTATION Selon un dernier bilan, sept personnes ont été interpellées

20 Minutes avec AFP
— 
Lors de l'acte 63 des "gilets jaunes" à Paris, le 26 janvier 2020 (image d'illustration).
Lors de l'acte 63 des "gilets jaunes" à Paris, le 26 janvier 2020 (image d'illustration). — Eric Dessons/JDD/SIPA

La police a fait usage samedi de gaz lacrymogènes et utilisé des engins lanceurs d’eau à l’occasion de l’acte 66 des « gilets jaunes » à Rennes, au cours d’une manifestation non déclarée qui a attiré environ 900 personnes, a-t-on appris auprès de la préfecture.

Des manifestants « casqués, équipés, ont cherché dès le début à contourner le dispositif et à aller à l’encontre de la police, jetant des projectiles et cherchant à blesser les fonctionnaires », a indiqué la préfecture d’Ille-et-Vilaine.

Quelques petits cortèges clairsemés

La police a utilisé des gaz lacrymogènes et d’engins lanceurs d’eau pour disperser les protestataires. Vers 18h30, le bilan était de sept interpellations. « Quatre policiers ont été légèrement blessés, un bureau de police (situé dans le Vieux-Rennes) a été dégradé et des barrières de chantier ont été arrachées », a précisé la préfecture.

Cette manifestation est présentée « comme l’acte 66 » des « gilets jaunes » sur la page Facebook « Tout le grand Ouest à Rennes ». « Montrons-leur que OUI on est toujours là, et que OUI on lâche rien. Contre Macron, sa police, la réforme des retraites. Pour un avenir meilleur, pour la révolution ».

A Paris, environ 300 gilets jaunes ont défilé dans le calme entre Nation et le parc des Buttes-Chaumont. Certaines pancartes faisaient référence au scandale qui a emporté Benjamin Griveaux, contraint de renoncer à se présenter à la mairie de Paris vendredi après la diffusion d’une vidéo sexuelle.