Pyrénées : En manque de neige, la station de ski de Luchon-Superbagnères se fait livrer par hélicoptère

SKI Le conseil départemental de la Haute-Garonne, en charge de la gestion de Luchon-Superbagnères, a décidé d’héliporter de la neige et explique son choix

N. S. avec B. C.

— 

La station de ski de Luchon-Superbagnères, dans les Pyrénées, le 7 février 2020.
La station de ski de Luchon-Superbagnères, dans les Pyrénées, le 7 février 2020. — Romuald Meigneux / Sipa
  • Entre manque de neige et températures trop douces, beaucoup de stations de ski pyrénéennes souffrent en ces vacances de février.
  • A Luchon-Superbagnères, deux héliportages de neige naturelle doivent permettre de garantir l’activité des écoles de ski.
  • En charge de la gestion de la station, le conseil départemental de la Haute-Garonne explique vouloir soutenir l’économie locale, en attendant des jours meilleurs, ou plutôt plus froids.

Comme beaucoup de stations de ski des Pyrénées, Luchon-Superbagnères souffre d’un déficit d’enneigement en pleines vacances de février, traditionnel moment fort de l’activité. Ce samedi, seulement six pistes sur 28 sont ouvertes, ainsi que six remontées mécaniques sur 13, sur un domaine qui s’étire de 1.465 à 2.125 mètres d’altitude.

En charge de la gestion de la station depuis 2018, le conseil départemental de la Haute-Garonne (CD 31), présidé par Georges Méric (PS), a donc décidé d’employer les grands moyens, comme l’a révélé France 3 Occitanie : amener de la neige par hélicoptère, vendredi et samedi.

« Garantir 15 jours d’activité pour les écoles de ski »

« Afin de pallier le manque d’enneigement sur les espaces notamment dédiés aux enfants et aux débutants et ainsi de pouvoir garantir 15 jours d’activité pour les écoles de ski de Superbagnères, le SMO [syndicat mixte ouvert] Haute Garonne Montagne a décidé de procéder à un héliportage exceptionnel de neige naturelle, a confirmé le CD 31 à 20 Minutes. La neige naturelle est héliportée depuis le haut de la station [secteur du Céciré] jusqu’au champ de neige [Baby Renard]. »

En attendant le retour du froid

Coût de l’opération, selon les pouvoirs publics : « 5.000 euros environ ». Forcément, ce genre de mesure, guère écologique, fait désordre. Mais le CD 31 assume : « Cette décision a été prise afin de soutenir les acteurs locaux déjà fortement impactés par les conditions climatiques. Dès que les températures le permettront, les canons à neige reprendront la production de neige de culture sur cette zone prioritaire pour la bonne marche du domaine skiable. »

Météo France annonce des températures maximales de 13 °C ce samedi puis de 15 °C dimanche en bas de la station. Puis de la neige lundi matin…