VIDEO. C’est du sérieux : Le chemin de croix de Griveaux à Paris, les urgences en crise, Balkany libéré

ACTU Parce qu’entre vous et nous, c’est du sérieux, voici notre sélection d’articles qui donnent à réfléchir

Tr.L.

— 

Quand l'actu fait sourire vos méninges.
Quand l'actu fait sourire vos méninges. — Canva/20 Minutes

L’actualité va vite, très vite. Mais si on se posait ? Et si vous restiez ? Parce que c’est vous, parce que c’est nous, parce qu’entre vous et nous, vous le savez, c’est du sérieux, voici notre sélection hebdomadaire d’articles qui donnent à réfléchir.

1. Le supplice de Griveaux à Paris

Benjamin Griveaux s’imaginait-il qu’en devenant le candidat officiel de LREM à Paris, ce serait une telle souffrance ? Sans doute pas. Le calvaire a commencé, juste après sa nomination, avec la fuite des propos qu’il a tenus contre les autres prétendants au trône de la capitale. « Abrutis », « Fils de p… », ses anciens rivaux pour l’investiture de La République en marche ont pris cher. Dissidence de Villani, idées moquées (notamment son « Central Park » pour remplacer la gare de l’Est), mauvais sondages, rien n’a marché comme il devrait. Griveaux finit par jeter l'éponge à la suite de la diffusion d’une vidéo à caractère sexuel le mettant prétendument en scène. Et maintenant ? Et après ?

2. Les urgences toujours en crise

La situation reste désespérément bloquée à l'hôpital public. Vendredi, les soignants sont redescendus dans la rue pour demander l’ouverture immédiate de négociations. Insultes quotidiennes, personnel épuisé, manque de moyens… Hugo Huon, le président du collectif Inter-Urgences, explique les raisons de la grève, qui dure depuis près d’un an.

3. Le gouvernement trop optimiste sur la baisse du chômage ?

Petit ballon d’oxygène pour le gouvernement ? Selon l’Insee, le taux de chômage a reculé de 0,4 point au dernier trimestre 2019, pour s’établir à 8,1 % de la population active, et l’exécutif mise toujours sur un objectif de 7 % en 2022. Les instituts économiques se montrent beaucoup plus mesurés que la ministre du travail, Muriel Pénicaud, d’autant que la croissance continue à poser un sérieux problème.

4. Les « nouvelles » assignations à résidence sont-elles liberticides ?

La France sous état d’urgence, c’est terminé. Mais les mesures votées en octobre 2017, dans le cadre de la loi antiterroriste, s’en inspirent beaucoup. Parmi celles-ci, un outil baptisé « Micas », qui permet notamment de limiter les mouvements de personnes « présentant une menace » pour la sécurité nationale. Si le gouvernement se félicite, nombre d’associations dénoncent des pratiques abusives et un risque majeur pour la protection des libertés individuelles.

5. Il est libre, Patrick

Patrick Balkany ne sera finalement resté que quelques mois en prison. La cour d’appel de Paris a estimé, après une expertise médicale, que son état de santé était « difficilement compatible » avec la détention. L’ex-maire de Levallois-Perret a retrouvé la liberté mercredi mais reste sous contrôle judiciaire. Jeudi, c’est une Isabelle Balkany rayonnante qui a assuré le show pour son dernier conseil municipal dans le fief de l’ex-baron de la droite. On vous raconte l’ambiance surréaliste de cette séance juste ici.

6. Quand le désert sexuel s’installe dans les couples

Vendredi, c’était la Saint-Valentin. Nombre de couples finissent par céder à ce moment de romantisme malgré tout l’aspect commercial qui l’entoure. Pour d’autres, en revanche, ce n’est franchement pas la joie. Que faire, quand, dans un couple, il n’y a plus de relations sexuelles et que l’un, ou l’autre, ou les deux, en souffrent ? Caroline Kruse, thérapeute de couple à Paris depuis trente ans, donne des solutions.

7. Sur le Brexit, on vous offre une détox de l’intox

Oh My God ! Le Brexit a finalement eu lieu et a donné lieu à une foire d’intox. L’une d’elle a particulièrement marqué les esprits et Clémence va vous en parler dans ce dernier numéro d’OMF Oh My Fake. Il est question d’ambiguïté, de contexte et même d’essais nucléaires. Mais on ne vous en dit pas plus, on vous laisse découvrir l’épisode.

Et comme cette émission est juste ébouriffante et bigarrée, on vous laisse scanner ce snapcode dans l’application Snapchat pour vous abonner. Go !

Scannez ce Snapcode pour vous abonner à OMF Oh My Fake !