Bassem vs Sadek : Un deuxième homme interpellé, le rappeur déféré au parquet

ENQUETE Après la violente agression de Bassem Braiki à Vénissieux près de Lyon, un deuxième homme a été interpellé jeudi

Elisa Frisullo

— 

Bassem vs Sadek : Un deuxième homme interpellé, le rappeur déféré au parquet
Bassem vs Sadek : Un deuxième homme interpellé, le rappeur déféré au parquet — Chronic 2 Bass

Il est suspecté d’avoir participé au passage à tabac du blogueur de Vénissieux. Jeudi, un deuxième homme a été interpellé dans le cadre de l’enquête ouverte après la violente agression de Bassem Braiki, grièvement blessé dans la nuit de lundi à mardi à Vénissieux par plusieurs hommes, a-t-on appris auprès du parquet de Lyon.

Mercredi, le rappeur de Seine-Saint-Denis, Sadek, qui avait revendiqué l’agression de Bassem sur les réseaux sociaux, avait été arrêté à Bagnolet (93) dans le cadre d’un mandat de recherche lancé par le parquet.

Présentés au parquet

Le second individu arrêté jeudi «sera présenté ce vendredi après-midi, tout comme Sadek, devant le juge d’instruction dans le cadre d’une ouverture d’information judiciaire des chefs de violences volontaires aggravées par trois circonstances et vol aggravé», précise à 20 Minutes le parquet.

Au lendemain de l’agression, la vidéo du passage à tabac avait été publiée sur les réseaux et massivement relayée. Le blogueur Bassem Braiki, blessé au visage et au crâne après des coups de pied, de poing et de matraque, a subi une ITT de cinq jours selon l’AFP.

L'annulation d'un concert pour origine du conflit

L’homme s’était fait connaître au lendemain des attentats de Paris en 2015 après avoir appelé les Musulmans à se révolter contre le terrorisme. Il a depuis multiplié les vidéos polémiques et a été condamné pour des faits de violence.

La scène de violence qui s’est jouée en bas du domicile de Bassem Braiki à Vénissieux aurait notamment pour origine l’annulation d’un concert du rappeur prévu le week-end dernier à Saint-Priest près de Lyon. La date avait dû être annulée après un appel à attroupement véhiculé sur les réseaux et dont Bassem Braiki pourrait être à l’origine.