Péages : Échec de l’offre de réduction de 30 % lancée par le gouvernement

MAUVAISE COMMUNICATION L’opération mise en place en janvier 2019, en pleine crise des Gilets jaunes, n’a pas attiré le nombre d’automobilistes espéré

20 Minutes avec agence

— 

Illustration d'une autoroute en France.
Illustration d'une autoroute en France. — FRED SCHEIBER/SIPA

Le gouvernement avait lancé en janvier 2019 une offre de réduction de 30 % du prix des péages, dès dix allers-retours. Une opération lancée en pleine crise des Gilets jaunes en début d’année, qui voit habituellement les prix des péages routiers augmenter. L’année dernière, le prix du péage a augmenté de 1,8 % en moyenne. Le gouvernement espérait qu’un million d’automobilistes bénéficieraient de l’offre, ils n’ont finalement été que 100.000, révèle Le Parisien ce jeudi.

Un véritable bras de fer s’était engagé entre la ministre des Transports, Elisabeth Borne, et les autoroutiers. « Ils ne voulaient rien entendre. Pour eux, les contrats sont les contrats », explique une source ministérielle contactée par la rédaction.

De multiples exceptions

Elle a cependant obtenu gain de cause puisque les concessionnaires – dont les trois principaux sont Vinci, APRR et Sane – ont cédé. La réduction de 30 % a été validée pour les automobilistes effectuant au moins dix allers-retours mensuels sur la même portion d’autoroute. Mais l’offre comporte tout de même quelques exceptions puisque les réductions ne s’appliquent pas sur certaines routes. Les petites concessions ne sont pas concernées non plus ainsi que les portions d’autoroutes gérées par des structures différentes.

Si l’opération est un échec, c’est donc de leur faute, selon le ministère des Transports. Celle-ci explique que « 100.000 abonnements au 31 décembre 2019, ce n’est clairement pas suffisant » et ajoute que « nous allons leur demander d’informer davantage », rapporte Le Parisien.