Coronavirus : Des drones de télépéage sont-ils utilisés en Chine pour limiter les risques de transmission ?

FAKE OFF La vidéo d'un drone porteur d'un code QR et survolant des files de voitures est devenue virale sur les réseaux sociaux

Alexis Orsini

— 

Un drone survolant les voitures qui tentent d'entrer à Shenzhen, en Chine, le 11 février 2020.
Un drone survolant les voitures qui tentent d'entrer à Shenzhen, en Chine, le 11 février 2020. — CHINE NOUVELLE/SIPA
  • La Chine vient-elle d'inventer le télépéage par drone, en pleine épidémie de coronavirus ? 
  • C'est ce que laisse penser une vidéo virale, montrant un drone équipé d'un code QR, qui permettrait aux automobilistes de régler le péage sans sortir de leur véhicule pour éviter toute propagation potentielle.
  • Des drones sont bien utilisés à certains points de contrôle autoroutiers dans le sud de la Chine dans le cadre de l'épidémie de « Covid-19 », mais ils ne servent pas à régler le péage. 

Bien visible au-dessus des rangées de voitures qui progressent lentement les unes après les autres, un drone s’avance à contresens avant de s’immobiliser en l’air. Suffisamment près des automobilistes pour que ces derniers puissent bien distinguer l’imposant code QR – un type de code-barres à scanner avec son smartphone pour afficher un contenu lié – apposé sur l’appareil, tandis qu’une voix, en haut-parleur, répète les mêmes consignes en boucle.

Si la scène a des allures de film d’anticipation, elle aurait en réalité été filmée en Chine, en pleine épidémie de coronavirus, à en croire la légende de cette vidéo visionnée plus de 24.000 fois sur ce seul tweet : « Un drone avec un code QR est déployé afin que les conducteurs payent le péage depuis l’intérieur de leur voiture avec leur téléphone pour éviter la propagation du coronavirus. »

La viralité de la séquence est toutefois loin de se limiter à ce seul message, puisqu’elle est aussi très largement diffusée en parallèle par des internautes anglophones sur Facebook comme sur Twitter – certains expliquant l’avoir reçue « d’amis en Chine ».

FAKE OFF

S’il est difficile de remonter jusqu’à la source originale de la vidéo, on en trouvait trace dès le 10 février dans un tweet (bien moins partagé) en chinois, qui dénonçait le « contrôle » exercé par le Parti communiste chinois via ce recours à un drone doté d’un code QR.

La province du Guangdong, dans le sud de la Chine, a bien mis en place un tel système ces derniers jours, non pas pour permettre aux automobilistes de régler les péages sans contact physique avec ces derniers, mais par mesure d’endiguement de l’épidémie, comme le rapporte l’agence de presse Xinhua.

Une série de photos prises le 11 février par cet organe du Parti communiste chinois montre en effet le même type de drone survoler des voitures arrivant à proximité d’un péage, avec un code QR appelant à participer à « la prévention des épidémies » pour « votre sécurité et celle des autres ».

« Un agent de police utilise un drone portant un panneau avec un code QR près d’une station de péage de l’autoroute à Shenzhen […] le 11 février 2020, précise le texte accompagnant ce post Facebook. Pour aider à prévenir et contrôler le nouveau coronavirus, un système d’enregistrement en ligne pour les véhicules qui reviennent à Shenzhen est mis en service depuis le 8 février. »

Un formulaire d’enregistrement pour les visiteurs de Guangdong

La mise en place de ce système d’enregistrement obligatoire à destination des visiteurs de la province a eu lieu dès le 3 février avec un but clair, comme l’indiquait un article du China Daily publié le jour même : « Permettre aux conducteurs de s’enregistrer en amont de leur passage dans la province [de Guangdong] via l’autoroute ». Le quotidien précisait par ailleurs que les personnes concernées devaient y indiquer « l’état de santé de tous les passagers » et préciser s’ils avaient visité récemment la province du Hubei, dont Wuhan – considéré comme le centre de l’épidémie – est la capitale.

Sur le site de Xinhua, une légende plus détaillée des mêmes clichés pris le 11 février précise que le recours spécifique au drone avec code QR est censé « fluidifier » cette procédure et permettre aux automobilistes de s’enregistrer en « minimisant les contacts avec autrui » dans l’un des 19 points de contrôle déployés sur le réseau autoroutier de la province de plus de 110 millions d’habitants – encore épargnée par les décès dus au « Covid-19 » à ce stade, bien que 683 personnes y aient été contaminées.

Comme 20 Minutes a pu le vérifier, le fait de scanner ce code QR avec l’application WeChat – très populaire en Chine – ouvre un formulaire d’inscription nécessitant d’indiquer son numéro de téléphone et un code de vérification.

Cette utilisation des drones dans la lutte contre l’épidémie de coronavirus est toutefois loin d’être une première pour les autorités chinoises, puisque les appareils sont aussi utilisés pour prendre la température d’habitants directement sur leur balcon ou encore pour rappeler à l’ordre les personnes ne portant pas de masque, comme l’ont montré différentes vidéos diffusées ces dernières semaines.