Grève du 6 février : 130.000 manifestants et manifestantes à Paris d’après la CGT, 15.000 selon l'Intérieur

MOBILISATION Revivez les événements de cette nouvelle journée de mobilisation contre la réforme des retraites

T. L.G. et R. G.-V.

— 

Une manifestation contre la réforme des retraites à Paris, devant l'Opéra Garnier, le 5 février 2020.
Une manifestation contre la réforme des retraites à Paris, devant l'Opéra Garnier, le 5 février 2020. — ALAIN JOCARD / AFP

L'ESSENTIEL

  • Ce jeudi marque la 9e journée interprofessionnelle de grève et de manifestations contre la réforme des retraites.
  • L’examen de réforme, article par article, a démarré lundi en commission à l’Assemblée nationale, sous une rafale d’amendements des oppositions. 
  • L'arrivée de la réforme dans l'hémicycle est prévue pour le 17 février.

LA VIDEO

A LIRE AUSSI

 

19h00 : C'est la fin de ce live, merci de l'avoir suivi avec nous ! 

18h41 : Coup de théâtre, sujets sensibles, réveil difficile… Comment se passe l’examen des 22.000 amendements du projet de loi sur la réforme des retraites ?

La réponse dans cet article de notre journaliste Laure Cometti !

 

17 h 25 : Des chiffres

D’après l’AFP qui recueille les chiffres de la police, les manifestants et manifestantes étaient 5.300 à Lyon, 4.500 à Marseille, 2.700 à Rennes, 3.500 à Toulouse ou Bordeaux, 2.700 à Rennes, 1.700 à Lille, 1.600 à Clermont-Ferrand, 1.300 à Dijon, 1.100 à Perpignan.

17 h 11 : Cortège musical à Paris

 

16 h 49 : Des nouvelles du Conseil d’Etat

Vous savez, cette plus haute juridiction du pays qui a mis deux gros coups au gouvernement ces derniers jours, notamment sur la réforme des retraites. Le vice-président du Conseil d’Etat Bruno Lasserre s’est exprimé dans Le Monde aujourd’hui et a suggéré de faire « moins, mais mieux » en matière de réformes, tout en assurant que sa juridiction n’avait « de comptes à régler avec personne ».

« C’est évidemment le cas pour la construction d’un système universel de retraites : il faut y consacrer du temps, de l’expertise, afin d’accompagner ce pari de long terme », a-t-il ajouté. Le Conseil d’État avait rendu un avis sévère sur cette réforme le 24 janvier, déplorant le peu de temps qui lui était imparti pour examiner le texte, ses « projections financières lacunaires » et un recours aux ordonnances qui « fait perdre la visibilité d’ensemble ». Mais « le rôle du Conseil d’Etat est de dire des choses qui parfois ne plaisent pas », a-t-il rappelé, défendant un « langage de vérité ».

16 h 14 : Avec les égoutiers

Catherine Abou était plus particulièrement avec les égoutiers, elle rentre à la rédaction et vous prépare un article.

 

16 h 08 : 130.000 personnes ont manifesté à Paris d’après la CGT, 15.000 selon le ministère de l’Intérieur

L’Intérieur estime à 121.000 le nombre de manifestants dans la France entière.

16 h 01 : « Un éclairage, mais un éclairage basse tension »

Il a le sens de la formule, Boris Vallaud, député socialiste des Landes, lors de l’examen en commission de la réforme des retraites.

 

15 h 53 : On n’oublie pas le Sud Ouest

Romain Barucq est journaliste à Sud Ouest à Mont-de-Marsan.

 

15 h 44 : Catherine Abou a rencontré un machiniste de la RATP toujours en grève

 

15 h 19 : Niveau slogan et iconographie des luttes, notons quelques innovations

Raphaëlle Besse-Desmoulières et journaliste au Monde.

 

15 h 12 : Pensées aux collègues journalistes en poste à l’Assemblée nationale

Maxence Kagni est journaliste à LCP, donc lui il y est vraiment tout le temps.

 

15 h 07 : Les cheminots toujours fers de lance

Catherine Abou, notre journaliste, est toujours dans le cortège parisien

 

14 h 45 : On parlait de Lille et de ses enseignants-chercheurs un peu plus tôt

A Lille, ils et elles misent sur la « grévilla ». Action éclair devant la gare à une heure de forte fréquentation puis intrusion dans les locaux du Medef : face à ce qu’ils considèrent comme une « invisibilisation » de la mobilisation contre la réforme des retraites, les enseignants-chercheurs lillois veulent désormais faire passer leur message autrement. Posée sur le parvis de la gare Lille Flandres, une enceinte diffuse la musique de « I Love Rock’N’Roll » de Joan Jett, aux paroles remaniées : « Macron t’es foutu, toutes les femmes sont dans la rue ». Très vite, des passants s’agglutinent autour de la chorégraphie réalisée par une trentaine de personnes.

« A mon avis, le mouvement n’est pas fini du tout, les plus militants ont manifesté en premier et, petit à petit, les gens se rendent compte qu’ils vont se faire entuber », estime Christian Lamarche, retraité de 70 ans, qui observe l’action avec le sourire. Opposé à la réforme, « comme plus de 60 % des gens », il la considère comme « un retour en arrière gigantesque ».

14 h 24 : L’Unsa-RATP, 1er syndicat de la régie, appelle à un « lundi noir » dans le métro et le RER le 17 février

14 h 21 : La manifestation est partie à Paris

Catherine Abou, notre journaliste économie à 20 Minutes, est dans le cortège parisien.

 

12 h 55 : Des réquisitions contre la grève du ramassage des ordures

La métropole Aix-Marseille-Provence a annoncé qu’elle allait lancer dès jeudi une procédure de réquisition de ses agents en grève contre la réforme des retraites, pour évacuer les 3.000 tonnes d’ordures en souffrance dans les rues de la cité phocéenne. La grève de ces agents, essentiellement des conducteurs de bennes mais qui ne représentent qu’une quarantaine de personnes soit 1 à 2 % des agents de la propreté selon la métropole, a débuté le 23 janvier.

Des blocages de sites ont été organisés, selon la métropole avec le renfort de militants de la CGT travaillant dans d’autres secteurs. Ils ont pu être levés par la police, mais 3.000 tonnes d’ordures ménagères jonchent toujours les rues de Marseille. « La collecte se fait mais on ne peut pas rattraper le retard », malgré le recours à 110 bennes de prestataires privés qui assurent 40 % du service, a expliqué lors d’une conférence de presse Roland Mouren, vice-président de la métropole délégué à la propreté.

12 h 49 : Point sondages

Le président la République est en baisse continue d’après l’Ifop depuis l’été. Ça reste léger, autour d’un tiers de soutiens, mais loin du plus bas de la crise des « gilets jaunes ».

 

12 h 35 : Près de 2.000 personnes dans la rue à Bayonne, justement

D’après nos confrères et consœurs de Sud Ouest.

 

12 h 24 : « A cause de Macron »

On retrouve nos fameuses manifestantes déguisées en Rosie la riveteuse… à Bayonne. Quel succès.

 

12 h 18 : Go to Bordeaux

On manifeste aussi sur le port de la Lune.

 

11 h 51 : Direction Avignon

FO revendique 1.500 personnes dans la rue ce matin dans la cité des papes.

 

11 h 46 : Originalité

Dans la série « Il faut attirer l’attention », vous avez peut-être vu sur les murs de vos villes les affiches de la CGT montrant des salariés et des salariées cacochymes toujours en poste (de prof, de manutentionnaire…) à des âges très élevés. En chair et en os, ça donne ça.

 

11 h 32 : Maçonnerie

A Bordeaux, l’entrée du rectorat a carrément été murée.

 

11 h 07 : Plusieurs universités bloquées

On en parlait un peu plus tôt ce matin mais ça se confirme. Comme ici à Clermont-Ferrand.

Ou à Paris 8-Saint-Denis.

A Lille on ne sait pas si les facs sont bloquées mais les personnels semblent mobilisés.

 

11 h 03 : En Guadeloupe, grosse mobilisation dans l’éducation

Depuis le 5 décembre, en Guadeloupe, le mouvement social contre la réforme des retraites, combiné à des revendications contre la baisse des effectifs enseignants, bloque une très grande partie des écoles, collèges et lycées. « Depuis janvier, le mouvement s’est durci », a expliqué mardi lors d’une conférence de presse Eddy Segur, du syndicat FSU.

En effet, depuis une quinzaine de jours, de nombreuses revendications locales sont venues renforcer la mobilisation des enseignants.

« Nous nous mobilisons contre la réforme des retraites, bien sûr, mais aussi contre la prévision de la suppression de 72 postes », indiquent les professeurs du collège Maurice-Satineau, à Baie-Mahault, rassemblés devant la grille, tous les matins, avant de rejoindre le rectorat pour venir grossir les rangs du piquet de grève. Conséquence, une grande partie des enfants ne vont plus à l’école depuis plusieurs semaines.

10 h 52 : Parcours tradi à Paris

Manifestants et manifestantes partiront de la gare de l’Est à 13 h 30 pour arriver place de la Nation en fin d’après-midi. Nous serons sur place.

10 h 44 : La santé toujours mobilisée

Direction Toulouse, où la manifestation a commencé.

 

10 h 07 : Bottin

On pense fort à notre collègue du service politique de 20 Minutes, Laure Cometti, qui est à l’Assemblée nationale aujourd’hui pour suivre les débats sur la réforme des retraites.

 

9 h 46 : On y croit !

De son côté, Yves Veyriet, le secrétaire général de Force ouvrière, est optimiste sur l’issue du conflit sur les retraites. Il était ce matin sur CNews.

 

9 h 40 : Nicole Belloubet tente de convaincre les avocats et avocates

La ministre de la Justice était ce matin sur LCI, mais visiblement, sortir du régime à points n’est pas une option.

 

8 h 51 : La « CGT a comme but ultime de ne pas faire de réforme sur les retraites », tacle Ndiaye

« Je crois beaucoup au dialogue social » affirme Sibeth Ndiaye, la porte-parole du gouvernement sur Public Sénat. « Je crois que malheureusement la CGT a comme but ultime de ne pas faire de réforme sur les retraites ».

Sur Twitter, la CGT lui a répondu.

 

8 h 46 : La grève perdure dans les écoles en Guadeloupe

En Guadeloupe, le mouvement social contre la réforme des retraites, combiné à des revendications contre la baisse des effectifs enseignants, bloque une très grande partie des écoles, collèges et lycées.

« Nous sommes en grève depuis le 5 décembre, mais depuis janvier, le mouvement s’est durci », a expliqué mardi lors d’une conférence de presse Eddy Segur, du syndicat FSU.

En effet, depuis une quinzaine de jours, de nombreuses revendications locales sont venues renforcer la mobilisation des enseignants.

 

8 h 33 : Plusieurs blocages d’université à Paris

Des vidéos sur Twitter montre des universités bloquées à Paris VIII et à Tolbiac.

 

7 h 45 : « Il n’y a plus de grèves en France », estime Nathalie Loiseau

L’eurodéputée LREM a estimé qu'« il n’y a plus de grèves en France » et s’est dit même étonnée que le journaliste de la BBC ne soit pas au courant, mercredi, à la veille d’une nouvelle journée de mobilisation contre la réforme.

 

7 h 42 : « Si le président avait quelque chose dans le ventre, il ferait un référendum », estime Jean-Luc Mélenchon

Le patron de La France insoumise est matinal et déjà en forme. Il demande toujours le retrait de la réforme des retraites, et un référendum à Emmanuel Macron sur la question sur France 2.

« Nous déposerons une motion référendaire au Parlement et nous verrons si La République en marche, dans un moment de clairvoyance, dira : « allez, on va régler le problème comme ça, allons à un référendum ! », a précisé le député. La proposition de motion référendaire, qui nécessite 58 signatures, a été mise sur la table par les communistes.

 

7h35 : 218 km de bouchons en Ile-de-France

Quelques zones de tension autour de la capitale, avec 218 km de bouchons vers 7h30, selon le site de trafic Sytadin. Mais on est loin des «journées noires» des grèves de 2019.

 

7h30 : Des manifestations un peu partout en France

Des rassemblements et manifestations sont prévues un peu partout en France. Dans la capitale, le cortège partira à la mi-journée de la Gare de l'Est vers la place de la Nation.

7h27 : Maritime, énergie, déchets… Plusieurs secteurs mobilisés

Dans le secteur maritime, la CGT ports et docks a appelé à une nouvelle journée de grève, dite opération « ports morts ». Ces actions, récurrentes depuis plusieurs semaines dans les grands ports, ont été généralement très suivies.

Les salariés du secteur de l’énergie restent aussi mobilisés, notamment dans le traitement de déchets et le nucléaire.

Dans le secteur des déchets, les salariés des trois sites d’incinération d’Ile-de-France ont reconduit leur mouvement jusqu’à vendredi, tandis qu’à Marseille aussi la grève se poursuit.

 

7 h 17 : Trafic « normal » à la RATP, « peu de perturbations » à la SNCF

Plusieurs secteurs ont pris le relais des transports côté grève, où le trafic sera « normal » à la RATP et avec « peu de perturbations » à la SNCF, principalement concentrées sur quelques lignes du réseau Transilien (D, H, J et K) où sont prévus deux trains sur trois.

 

7 h 15 : Nouvelle journée de mobilisation

Les opposants à la réforme des retraites vont de nouveau descendre dans la rue jeudi pour réclamer son retrait, mais la mobilisation s’essouffle tandis que le texte a démarré cette semaine son parcours à l’Assemblée nationale.

« Retrait d’un projet injuste et dangereux » : depuis le début de la mobilisation il y a deux mois, le mot d’ordre de la CGT, FO, Solidaires, de la FSU et d’organisation de jeunesse (Unef, MNL, UNL) n’a pas changé.

Bonjour et bienvenue dans ce live consacré à la neuvième journée de mobilisation interprofessionnelle contre la réforme des retraites.