Municipales 2020 à Bordeaux : Le candidat Philippe Poutou annonce avoir été licencié de l’ex-usine Ford

ELECTIONS L’ex-usine Ford de Blanquefort a fermé ses portes en juillet 2019, entraînant le licenciement des 800 salariés du site

Marion Pignot

— 

Candidat de Bordeaux Debout aux prochaines municipales de Bordeaux, Philippe Poutou assiste à la manifestation contre la réforme des retraites le 29 janvier 2020.
Candidat de Bordeaux Debout aux prochaines municipales de Bordeaux, Philippe Poutou assiste à la manifestation contre la réforme des retraites le 29 janvier 2020. — UGO AMEZ/SIPA

« Je viens de recevoir aujourd’hui l’autorisation administrative de mon licenciement »… C’est sur Twitter dans la nuit de vendredi à samedi que  Philippe Poutou a annoncé avoir été licencié de son poste d’ouvrier à  l’ex-usine Ford de Blanquefort (Gironde). L’ex-candidat NPA (Nouveau Parti Anticapitaliste) aux élections présidentielles de 2012 et de 2017 et délégué CGT dans l’entreprise a également indiqué avoir reçu vendredi l’autorisation administrative de son licenciement.

« Contrairement au Premier ministre Edouard Philippe, si je suis élu maire de Bordeaux, je ne resterai pas ouvrier à l’usine Ford de Blanquefort », a ironisé au passage l’actuel candidat aux municipales à Bordeaux, faisant référence à la candidature d’Edouard Philippe à la mairie du Havre.

S’il était élu au soir du 22 mars prochain, Edouard Philippe a fait savoir qu’il proposerait que l’actuel maire (LR) Jean-Baptiste Gastinne conserve le fauteuil. Et « le jour où ma mission s’achèvera à Matignon, je souhaite, si les Havrais me font confiance évidemment, redevenir maire parce que c’est là que je veux continuer à m’investir, parce que je veux que Le Havre poursuive sa transformation. C’est cela l’essentiel », a-t-il fait observer ce vendredi dans une interview au quotidien Paris-Normandie.

Philippe Poutou candidat à Bordeaux

Philippe Poutou, 52 ans, conduira, lui, à Bordeaux une liste qui associera le NPA au collectif citoyen « Bordeaux Debout », soutenu par La France Insoumise. Le candidat a lancé sa campagne de « Bordeaux en luttes » vendredi 24 janvier. Se présentant comme la réunion « des forces contestataires révoltées », la liste écarte tout accord avec d’autres formations politiques à l’entre-deux-tours. Le programme, en cours d’élaboration, proposera par exemple la gratuité des transports et la réquisition des logements vacants.

Pour rappel, l’ex-usine Ford de Blanquefort a fermé ses portes en juillet 2019, entraînant le licenciement des 800 salariés du site.