Frédérique Vidal promet une revalorisation des salaires pour l'ensemble des chercheurs

SCIENTIFIQUES Les nouveaux embauchés seront recrutés à « au moins deux Smic », les autres salaires seront revalorisés

20 Minutes avec AFP

— 

Frédérique Vidal, le 15 janvier 2020.
Frédérique Vidal, le 15 janvier 2020. — PIERRE VILLARD/SIPA

La ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Frédérique Vidal a assuré ce vendredi que la revalorisation des salaires allait concerner l’ensemble des chercheurs et pas seulement les nouveaux arrivants.

« Lorsque nous disons que plus aucun jeune chercheur ne sera recruté à moins de deux Smic, ça veut dire qu’évidemment ça fait progresser l’ensemble des gens qui sont déjà recrutés », a déclaré Frédérique Vidal sur Public Sénat. La ministre avait annoncé le 21 janvier, lors de sa cérémonie de vœux, une revalorisation des salaires des jeunes chercheurs recrutés à « au moins deux Smic », contre 1,3 à 1,4 actuellement.

Pas de proposition sur le temps de travail

« Je sais que ça a généré des questions, donc je le redis très clairement, si nous recrutons les jeunes chercheurs à au moins deux Smic, ça veut dire que ceux qui ont été recrutés l’année d’avant seront eux aussi augmentés », a affirmé Frédérique Vidal, selon laquelle il n’est « pas possible que quelqu’un recruté l’année prochaine gagne plus que quelqu’un recruté l’an dernier ».

« Il y a une véritable volonté de ce gouvernement d’investir dans la recherche », a souligné la ministre, alors que la future loi de programmation pluriannuelle soulève des inquiétudes au sein de la communauté scientifique. Le texte doit d’abord être présenté au Cese (Conseil économique, social et environnemental), puis au Conseil d’Etat, puis en Conseil des ministres « dans les quelques semaines, fin mars-début avril, je n’ai pas encore de date définitive », a dit Frédérique Vidal.

Le projet de loi, a-t-elle assuré, ne contiendra pas de disposition sur le temps de travail des chercheurs. « J’entends à peu près tout et n’importe quoi » sur la future loi, « je crois que certains ont confondu les propositions qui étaient faites dans les rapports qui nous ont été remis », a-t-elle commenté. « Je ne supprime pas le corps des maîtres de conférences, je n’oblige personne à travailler plus de 192 heures " équivalent TD " par année », a tenu à clarifier la ministre.