Brexit : Des syndicats douaniers dénoncent la gestion des effectifs

Brexit Une soixantaine de douaniers affectés à Calais et Dunkerque en vue du Brexit vont devoir repartir quelques mois seulement après leur affectation

CC avec AFP

— 

Illustration d'une douane à Calais.
Illustration d'une douane à Calais. — Denis Charlet / SIPA

Une soixantaine de douaniers affectés à Calais et Dunkerque en vue du Brexit vont devoir repartir après n’être restés que quelques mois en poste.

Bien qu’il soit acté vendredi soir, le Brexit n’est pas effectif. Les douaniers n’entreront réellement en fonction que dans plusieurs mois. « Il n’y a aucune charge de travail, on ne peut pas laisser les agents sans rien faire », explique le directeur général adjoint des Douanes à l’AFP.

Des possibilités pour rester dans la région

Selon la CGT et la CFDT, 68 agents ont appris cette semaine qu’ils devaient changer d’affectation d’ici début mars. Le secrétaire régional CGT-douanes Dunkerque dénonce une « gestion des ressources humaines catastrophique ».

La sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, vendredi 31 janvier, marquera le début d’une transition courant jusqu’à la fin de l’année. Pendant cette période, les règles de l’UE continueront de s’appliquer sur le territoire britannique et les modalités des relations du Royaume-Uni et de l’Union européenne devront être définies.

A l’issue d’une réunion mercredi, la direction des Douanes affirme avoir donné plus de temps pour changer d’affectation et plus de possibilités pour rester dans la région.