Affaire Barbarin : Relaxé par la cour d'appel de Lyon, le cardinal va remettre à nouveau sa démission au Pape

PEDOPHILIE DANS L'EGLISE Le cardinal était poursuivi pour non-dénonciation d'agressions sexuelles sur mineurs

Caroline Girardon

— 

Le cardinal a annoncé qu'il allait remettre sa démission au pape
Le cardinal a annoncé qu'il allait remettre sa démission au pape — J.P Ksiazek / AFP

Une courte allocution. Quelques heures après avoir été relaxé par la cour d’appel de Lyon des faits de non-dénonciation d’agressions sexuelles sur mineurs, le cardinal Barbarin a annoncé qu’il allait remettre « paisiblement sa charge d’archevêque de Lyon dans les mains du Pape François ». « S’il souhaite me voir, je me rendrai à Rome », poursuit-il avant d’ajouter que ses « pensées » allaient « toujours vers les victimes ».

« Priez pour moi, pour le diocèse de Lyon que j’aime tant, pour chacun des habitants de cette région, pour que comme le demande le Seigneur, tous soient un », a-t-il conclu, laissant les journalistes avec ses avocats.

Une décision prise « en temps voulu »

Le pape François a annoncé ce jeudi dans la soirée qu’il allait d’accorder un délai de réflexion pour répondre à cette nouvelle demande. « Le Saint-Père, qui continue à suivre de près le déroulement de ces événements douloureux, fera connaître sa décision en temps voulu », a confirmé le directeur de la salle de presse du Saint-Siège, Matteo Bruni, dans une déclaration transmise à la presse.

« Le Saint-Siège a pris connaissance du jugement rendu par la Cour d’appel de Lyon à l’encontre du cardinal Philippe Barbarin, ainsi que de sa décision de remettre une nouvelle fois sa charge entre les mains du pape François », poursuit-il. « Avec la Conférence des Evêques de France, le Saint-Siège redit sa proximité à toutes les victimes d’abus dont elle mesure la souffrance, à leurs familles et à la communauté tout entière. Il est aux côtés de l’Eglise de Lyon durement éprouvée ».

Philippe Barbarin avait déjà remis sa démission au pape le 7 mars après sa condamnation à six mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Lyon. Ce dernier avait refusé, préférant attendre l’issue du procès en appel. Le cardinal Barbarin s’était toutefois retiré des affaires du diocèse de Lyon.