Réforme du bac : Plusieurs épreuves de contrôle continu perturbées dans l’Ouest

EDUCATION Des incidents ont été relevés dans des lycées de Nantes ou encore de Rennes

20 Minutes avec AFP

— 

Des lycéens et lycéennes pendant une épreuve du bac. (illustration)
Des lycéens et lycéennes pendant une épreuve du bac. (illustration) — KONRAD K./SIPA

Plusieurs épreuves de contrôle continu du nouveau baccalauréat ont été perturbées cette semaine dans des lycées de l’Ouest, comme à Rennes ou à Nantes, a-t-on appris de sources concordantes. Le rectorat de l’académie de Rennes, où trois établissements ont vu les épreuves perturbées cette semaine, a condamné les incidents.

« C’est toujours très regrettable quand les personnels sont bousculés et ne peuvent pas tenir ce qui est préparé de longue haleine », a déclaré Stéphane Caron, directeur de cabinet du recteur de l’académie. « C’est déplorable : on a des adultes qui viennent devant l’établissement et symboliquement mettent parfois leur banderole en travers du portail ou font un tas de poubelles devant le lycée », a-t-il ajouté.

Chaises retirées, accès aux couloirs bloqués

Ce mercredi matin, dans un lycée de la capitale bretonne, « une centaine d’élèves ont perturbé les épreuves en retirant tables et chaises des salles de composition et en bloquant les accès aux couloirs », a expliqué Philippe Debray, proviseur du lycée de Bréquigny, dans une lettre aux parents. « Nous condamnons avec fermeté ce type d’agissements qui interdit aux lycéens de passer les épreuves du baccalauréat que nous avions préparées », a-t-il ajouté, précisant que les épreuves étaient reportées au 5 février.

Dans un communiqué, le syndicat SNES a estimé que « les mesures d’intimidation de la part des chefs d’établissements ou des forces de l’ordre se multiplient : contrôles d’identité, menaces de zéros… alors que les dysfonctionnements constatés obligeront l’administration à organiser une session de remplacement ou à neutraliser les épreuves ».

Des enseignants retraités pour remplacer les grévistes

Pour le rectorat, « des mesures appropriées pour reconvoquer les épreuves quand elles ont été perturbées » ont concerné cette semaine trois établissements sur 90. Selon Hervé Réby, président du Snalc (Syndicat national des lycées et collèges) de l’académie de Nantes, de nombreux lycées publics ont été touchés « par des grèves de surveillance ou des blocages, entraînant des reports des épreuves », comme à Angers, Pornic, La Roche-sur-Yon, Le Mans ou encore Nantes.

Dans plusieurs établissements, dont celui de Pornic ou un de Nantes, des enseignants retraités ont été sollicités pour venir surveiller les épreuves, en l’absence des enseignants grévistes, d’après la même source.

Selon l’Éducation nationale, « l’introduction d’une part de contrôle continu dans le nouveau baccalauréat vise à mieux valoriser la régularité du travail et les progrès des élèves ».