Paris : Affrontements entre pompiers et policiers en marge d’une manifestation

DEFILE Des milliers de pompiers ont défilé ce mardi dans la capitale pour demander une amélioration de leurs conditions de travail

L.Br.

— 

Des milliers de pompiers ont manifesté ce mardi 28 janvier, à Paris.
Des milliers de pompiers ont manifesté ce mardi 28 janvier, à Paris. — Bertrand GUAY / AFP

Dans une ambiance tendue, des milliers de pompiers ont défilé ce mardi dans les rues de Paris pour dénoncer le manque d’effectifs et de reconnaissance de leur profession et réclamer des garanties pour leur retraite. Des heurts ont éclaté en marge du cortège, provoquant des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre.

La manifestation a été marquée par quelques jets de projectiles sur les forces de l’ordre, qui ont répondu par des tirs de gaz lacrymogènes. Selon la Préfecture de police, 200 à 300 manifestants ont quitté le cortège officiel pour tenter de bloquer le périphérique parisien au niveau de la porte de Vincennes. Les forces de l’ordre sont alors intervenues pour bloquer leur progression.

Un lanceur d’eau pour disperser les manifestants

Des barres-ponts [barrière déployée par les forces de l’ordre pour bloquer un axe] ont été posées en travers du Cours de Vincennes mais des pompiers ont tenté de les escalader. D’autres ont tenté de les enfoncer, toujours selon la préfecture. Les forces de l’ordre ont alors fait usage du lanceur d’eau « pour mettre fin aux exactions ». Les policiers ont aussi tiré des gaz lacrymogènes et des grenades assourdissantes.

Plusieurs manifestants ont été légèrement blessés, notamment aux jambes par des éclats de grenades, a constaté un journaliste de l’AFP. La préfecture a de son côté annoncé l’arrestation de deux « manifestants violents ». « Le respect des règles vaut pour tous, quelle que soit la nature de la manifestation », a réagi sur Twitter la préfecture de Police, en déplorant le non-respect de l’itinéraire de manifestation et le refus de se disperser des manifestants, dont certains ont défilé casqués malgré l’interdiction de la préfecture.

Il s’agit de la deuxième manifestation nationale de pompiers en moins de quatre mois dans la capitale, à l’appel des syndicats de pompiers professionnels, mobilisés depuis l’été dernier pour obtenir du gouvernement et des collectivités locales des réponses à leurs revendications. Les syndicats devaient être reçus dans l’après-midi au ministère de l’Intérieur pour discuter de ces sujets.