Coronavirus : Des Français d’origine asiatique dénoncent le racisme ambiant avec le hashtag #JeNeSuisPasUnVirus

RACISME Des témoignages agrégés par le hashtag #JeNeSuisPasUnVirus sur les réseaux sociaux dénoncent les dérives racistes subies par des Français d’origine asiatique sur fond de psychose « coronavirus »

Fabrice Pouliquen

— 

Coronavirus et racisme anti-asiatique : «On a eu beaucoup de témoignages dans les transports en commun» — 20 Minutes

« Non, une personne d’origine chinoise n’est pas une personne porteuse du coronavirus ! Nous ne sommes pas des virus ! » La mise au point a été publiée parl’Association des jeunes chinois de France (AJCF) sur sa page Facebook, le 25 janvier dernier. L’association réagissait à la « une » du quotidien Le Courrier Picard du même jour, titrée « Coronavirus chinois – Alerte jaune » et à l’intérieur duquel les lecteurs pouvaient trouver un édito titré « Le péril jaune ? ».

Des termes dénoncés par l’AJCF, les expressions « jaunes » et « péril jaune » faisant allusion à des clichés racistes ciblant la communauté asiatique. Le quotidien picard a depuis fait son mea culpa.

Les témoignages se multiplient

Le hashtag #JeNeSuisPasUnVirus continue, lui, de tourner sur les réseaux sociaux, pour dénoncer les discriminations et amalgames que les personnes d’origine asiatique subissent sur fond de psychose autour de la propagation du coronavirus. Il a été lancé ces derniers jours par une jeune femme anonyme pour « contrer la puanteur raciste ambiante ». Elle déplore « que la crise sanitaire du coronavirus entraîne dans son sillage une libération de la parole raciste dans les médias et sur les réseaux sociaux.

Plusieurs messages, sous couvert d’un prétendu humour, stigmatisent la population asiatique et/ou relaient des amalgames. Et ces stigmatisations ne se limitent pas aux réseaux sociaux, assurent des internautes. Toujours sous le hashtag #JeNeSuisPasUnVirus, Prisca, Française d’origine polonaise-vietnamienne, « et donc les yeux bridés », déplore ainsi, ce mardi matin, les gens qui la dévisagent dans le métro « et mettent leurs foulards sur le nez quand je suis près d’eux ».

Vous aussi, vous avez subi des insultes ou avez été touchés par des propos discriminatoires depuis la propagation du coronavirus ? Faites-nous part de votre ressenti et de ce que vous avez vécu en remplissant le formulaire ci-dessous.