Bordeaux : Huit églises au total ont été recouvertes d’inscriptions injurieuses

VANDALISME Selon un nouveau décompte effectué ce lundi matin, ce sont en tout huit églises de Bordeaux et Talence qui ont été recouvertes de diverses inscriptions au cours du week-end

Mickaël Bosredon

— 

L'église Sainte-Croix à Bordeaux, fait partie des églises visées par des messages injurieux
L'église Sainte-Croix à Bordeaux, fait partie des églises visées par des messages injurieux — Mickaël Bosredon/20 Minutes

Huit églises au total ont été recouvertes de tags injurieux au cours du week-end, selon un décompte effectué ce lundi matin par le diocèse de Bordeaux.

Ce message injurieux a été découvert ce dimanche, sur l'église Sainte-Croix à Bordeaux.
Ce message injurieux a été découvert ce dimanche, sur l'église Sainte-Croix à Bordeaux. - Mickaël Bosredon/20 Minutes

« Des tags injurieux ont été constatés sur les églises Notre-Dame, Saint-Eloi, Sainte-Croix, Sainte Eulalie, Saint-Seurin, Sacré-Cœur, et Saint-Paul à Bordeaux, sur l’église Notre-Dame de Talence et sur les établissements catholiques d’enseignement d’Albert le Grand et Saint-Genès à Bordeaux » énumère le diocèse. « Ces tags, tous assortis de la même signature, ont été réalisés dans la nuit du 18 au 19 janvier. » Ils faisaient référence au procès du père Preynat, ou à la manifestation anti-PMA organisée dimanche à Paris.

Le diocèse condamne « cette forme de violence contre les chrétiens »

Mgr Jean-Paul James, archevêque de Bordeaux, le père Samuel Volta, vicaire général en charge de l’agglomération bordelaise, les curés des paroisses concernés Isabelle des Bourboux, directrice diocésaine de l’enseignement catholique, expriment leur « profonde tristesse devant de tels actes », évoquant des « injures obscènes. » Le diocèse de Bordeaux « condamne cette forme de violence contre les chrétiens et contre le patrimoine de nos communes. »

Dès dimanche, les mairies de Bordeaux et de Talence ont annoncé leur intention de porter plainte et ont procédé au nettoyage des édifices. L’archevêque de Bordeaux invite les curés affectataires et les chefs d’établissement concernés à porter plainte également.