Réforme du bac : Les épreuves de contrôle continu perturbées ou bloquées dans une quarantaine de lycées ce lundi

EDUCATION Les premières épreuves du contrôle continu du nouveau bac provoquent des remous dans certains établissements

Delphine Bancaud

— 

Une candidate au bac en 2019.
Une candidate au bac en 2019. — DOMINIQUE FAGET / AFP

La fronde contre les premières épreuves communes de contrôle continu (E3C) a bien commencé. Le ministère de l’Education indique à 20 Minutes que ces E3C ont été perturbées ou bloquées ce lundi matin dans une quarantaine d’établissements sur les 400 lycées qui faisaient passer les épreuves ce jour. 

Selon nos informations, en fin de matinée, dans dix lycées (dont le lycée des Horizons à Chazelles-sur-Lyon [Loire], le lycée Honoré d’Urfé de Saint-Etienne [Loire], le lycée Samuel-Beckett de La Ferté-sous-Jouarre [Seine-et-Marne], le lycée du Pays de Retz à Pornic [Loire-Atlantique], le lycée Christophe-Colomb à Sucy-en-Brie [Val-de-Marne] et le lycée Victor-et-Hélène-Basch à Rennes [Ile-et-Villaine]), les élèves n’ont pas pu composer, dans la plupart des cas, parce que les enseignants prévus pour surveiller les épreuves étaient en grève. Dans les autres établissements, la contestation prend différentes formes : manifestations, barrages filtrants, distributions de tracts… « Les tentatives de perturbations ont concerné trois à quatre lycées par académie. Les situations ayant été gérées très rapidement par les services académiques, parfois avec l’appui des services préfectoraux, les épreuves ont pu se tenir de manière normale », précise le ministère de l’Education. Aucune difficulté n’est signalée dans les académies d’Outre-mer.

Des critiques depuis plusieurs mois

Ces épreuves du bac nouvelle formule, qui débutent dès ce lundi dans de nombreux établissements, sont en proie à des critiques de la part des enseignants et des élèves depuis plusieurs mois. Les élèves de 1re générale doivent plancher sur un sujet d’histoire-géographie et sur deux autres en langues vivantes. Et ceux de la filière technologique travaillent sur les maths. Les épreuves se dérouleront jusqu’au 28 février prochain, majoritairement dans les quinze prochains jours.

Depuis plusieurs jours, des syndicats d’enseignants et professeurs appelaient à diverses actions sur les réseaux sociaux pour «faire barrage» à ce nouveau bac, décidé par Jean-Michel Blanquer. Grèves de surveillance, refus de corriger les copies ou de transmettre les notes : les opposants envisageaient les mêmes modes d’action qu’au moment des corrections du baccalauréat en juin.

Les épreuves annulées seront reportées

Le rectorat de Lyon précise à 20 Minutes que les E3C seront reportées à une autre date. Idem pour le rectorat de Rennes. Le recteur de l’académie de Rennes, Emmanuel Ethis, a par ailleurs condamné ce blocage dans un communiqué, précisant qu’une plainte serait « déposée par le chef d’établissement ce jour ».

De son côté, le Snes, premier syndicat du second degré, a indiqué vouloir continuer la lutte, dans un communiqué au ton menaçant, publié ce lundi : «Plutôt que de jouer aux apprentis sorciers en comptant sur un essoufflement du mouvement, les menaces de sanction ou le discrédit des personnels mobilisés, il est de la responsabilité du Ministre de l’entendre, de faire des premiers gestes concrets et forts immédiatement (annulation de la première session d’E3C par exemple), sans quoi la crise pourrait s’aggraver».