Bordeaux : Des messages injurieux découverts sur les murs d’au moins cinq églises

VANDALISME La mairie a fait part de son indignation et a décidé de déposer plainte, tout comme la mairie de Talence où des inscriptions similaires ont aussi été trouvées

Mickaël Bosredon

— 

Ce message injurieux a été découvert ce dimanche, sur l'église Sainte-Croix à Bordeaux.
Ce message injurieux a été découvert ce dimanche, sur l'église Sainte-Croix à Bordeaux. — Mickaël Bosredon/20 Minutes
  • Au moins cinq églises à Bordeaux, et une église à Talence, ont été recouvertes de messages injurieux.
  • Certains tags font référence à la pédophilie, au procès du père Preynat, ou aux manifestations anti-PMA de ce dimanche à Paris.
  • Le diocèse se dit « attristé » et « meurtri ».

Des messages particulièrement injurieux. Au moins cinq églises ont été profanées à Bordeaux, a appris 20 Minutes ce dimanche. Les inscriptions, certainement faites dans la nuit de samedi à dimanche, ont été découvertes ce dimanche matin.

Message injurieux découvert sur une église à Bordeaux le 19 janvier 2020.
Message injurieux découvert sur une église à Bordeaux le 19 janvier 2020. - Mickaël Bosredon/20 Minutes

Selon nos informations, les églises Notre-Dame, Saint-Paul, Sainte-Croix, Eulalie, et la basilique Saint-Seurin, ont été visées. Des messages du même ordre ont aussi été trouvés sur les murs de l’ensemble scolaire Albert-le-Grand dans le quartier Saint-Genès. Contactée par 20 Minutes, la mairie de Bordeaux indique qu’il « s’agit surtout de messages insultants envers le pape. » L’actualité autour du procès du père Preynat semble aussi avoir alimenté certains tags.

L'église Sainte-Croix à Bordeaux, fait partie des églises visées par des messages injurieux
L'église Sainte-Croix à Bordeaux, fait partie des églises visées par des messages injurieux - Mickaël Bosredon/20 Minutes

« Actes odieux » pour le maire de Talence

Le maire de Talence, dans la banlieue de Bordeaux, a indiqué sur les réseaux sociaux que plusieurs églises de sa ville ont aussi été recouvertes de tags injurieux. « Nous condamnons fermement ces actes odieux et méprisants » écrit Emmanuel Sallaberry, qui a précisé qu’une plainte serait déposée.

Sur Twitter, le maire de Bordeaux Nicolas Florian (LR) a fait part de son indignation. « Des graffitis injurieux ont été découverts ce matin sur les murs de plusieurs églises de Bordeaux. Je condamne ces actes avec la plus grande fermeté. Ils vont être effacés le plus rapidement possible. Une plainte est déposée pour en retrouver les auteurs. »

La communauté catholique « meurtrie par ces comportements »

Le vicaire général, le père Samuel Volta a dit, également sur Twitter, le diocèse « attristé pour le sens du vivre-ensemble », et la communauté catholique « meurtrie par ces comportements, qui sont à l’opposé de la paix que nous recherchons pour notre ville ».

Certains tags faisaient référence à la pédophilie, ou « de manière opportuniste » se voulaient « vraisemblablement liés à l’actualité », que ce soit le procès du père Preynat ou les manifestations anti-PMA de dimanche à Paris, a estimé un porte-parole du diocèse à l’AFP.