Grève à la SNCF et à la RATP : Nouvelle amélioration du trafic mercredi avec 80% des TGV et TER ainsi que dans le métro francilien

SOCIAL Le trafic devrait s'améliorer mercredi avec 80% des TGV et TER, ainsi que 75% des Transilien en circulation

20 Minutes avec AFP

— 

Un TGV à la gare de Saint-Charles
Un TGV à la gare de Saint-Charles — Claude Paris/AP/SIPA

Le trafic SNCF s’améliore mercredi. La direction annonce la circulation de 80 % des TGV et TER ainsi que de 75 % des Transilien, alors que le mouvement de grève contre la réforme des retraites entre dans son 42e jour.

La moitié des trains Intercités rouleront « en moyenne », selon le groupe ferroviaire. Le trafic international sera « très peu perturbé ». En région parisienne, la continuité de la ligne du RER B sera « rétablie avec la RATP », permettant « une traversée de Paris sans interruption », souligne la SNCF. Côté TGV, le trafic sera « quasi normal au départ et à destination de Paris sur tous les axes ».

Du côté du métro francilien, la situation semble également s’améliorer. A la RATP, certaines assemblées générales ont reconduit la grève jusqu’à vendredi. Mais de nombreux grévistes ont exprimé leur lassitude.

Projet de loi débattu à l’Assemblée à partir de vendredi

Pendant ce temps, les concertations se poursuivent. La ministre du Travail Muriel Pénicaud a réuni les partenaires sociaux pour discuter pénibilité et emploi des seniors, afin de dégager de "grandes orientations" avant la présentation du projet en Conseil des ministres le 24 janvier.

Mais du côté de la fonction publique, la CGT, FO et Solidaires ont décidé de boycotter les réunions bilatérales programmées cette semaine sur la question de la pénibilité avec leur secrétaire d’Etat, Olivier Dussopt. Le projet doit être débattu à l’Assemblée à partir du 17 février, mais mardi, les oppositions de gauche comme de droite ont contesté les conditions de l’examen. Le patron des LR Damien Abad a notamment souligné la difficulté d’organiser des débats avec le volet financement remis à plus tard, du fait du retrait provisoire de l’âge pivot. Jean-Luc Mélenchon, le chef de file des députés insoumis, a proposé à la gauche une motion de censure contre le gouvernement.