Affaire Cédric Chouviat : « Cette tragédie ne serait pas arrivée s’il avait rangé son téléphone », affirme l’avocat des policiers

DEFENSE L’avocat a livré la version des policiers et dénoncé le comportement agressif de la victime

G. N. avec AFP

— 

L'avocat des policiers mis en cause, Thibault de Montbrial, tient une conférence de presse mercredi 8 janvier.
L'avocat des policiers mis en cause, Thibault de Montbrial, tient une conférence de presse mercredi 8 janvier. — THOMAS SAMSON / AFP

Le décès de Cédric Chouviat, livreur mort à Paris après un contrôle policier, est une « épouvantable tragédie » pour sa famille mais aussi pour les quatre policiers impliqués dans son interpellation, a estimé mercredi leur avocat Thibault de Montbrial. Ces quatre fonctionnaires, trois hommes et une femme de la direction de la sécurité publique de l’agglomération parisienne (DSPAP), sont « très meurtris, très marqués » par ce décès, a indiqué leur conseil lors d’une conférence de presse. « Cette affaire, c’est une épouvantable tragédie pour la famille Chouviat », mais également « pour les quatre fonctionnaires », a ajouté l’avocat, assurant que ces derniers avaient « le soutien absolu, total de l’ensemble de la chaîne hiérarchique ».

Cédric Chouviat, 42 ans, est décédé dimanche à l’hôpital, près de 48 heures après avoir fait un malaise cardiaque lors d’un contrôle tendu aux abords de la tour Eiffel, au cours duquel des policiers l’ont plaqué au sol, casque sur la tête. Selon les premiers éléments de l’autopsie, il a été victime d’une asphyxie « avec fracture du larynx ». Le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire pour « homicide involontaire ».

L’avocat charge la victime

« Il ne me semble pas que la proportionnalité des gestes que la police est en droit d’utiliser pour […] quelqu’un qui résiste ait été dépassée », estime Me de Montbrial, qui insiste sur « l’agressivité » de la victime. D’après l’avocat, les policiers auraient demandé à Cédric Chouviat de ranger son téléphone, qu’il avait à la main en conduisant. Ce dernier aurait alors « fait un geste méprisant », ce qui aurait conduit les policiers à le contrôler.

« Monsieur Chouviat a aussitôt adopté une attitude de provocation verbale et de provocation physique […] en hurlant “violences policières” à chaque fois que le policier le remettait aux distances de sécurité », raconte l’avocat. A l’issue du contrôle, d’une dizaine de minutes, les fonctionnaires sont remontés dans leur voiture. Mais Cédric Chouviat « est revenu au contact » et a commis « un nouvel outrage », conduisant à son interpellation.

« Il y a eu une mêlée »

L’équipage n’arrivant pas à le maîtriser, « il y a eu une mêlée », qui a entraîné la « chute du groupe sur la voie de circulation ». « Monsieur Chouviat a résisté à son interpellation, ça s’appelle une rébellion », assure Me de Montbrial, disant s’appuyer sur une vidéo filmée avec son téléphone par l’un des quatre policiers, actuellement aux mains des enquêteurs. « Cette tragédie ne serait pas arrivée si M. Chouviat avait rangé son téléphone […] et s’il n’avait pas violemment résisté à son interpellation », a conclu l’avocat.

Jeudi soir, une centaine de personnes se sont rassemblées place de la République, à Paris, pour rendre hommage à Cédric Chouviat et dénoncer les conditions de son interpellation, filmée par plusieurs témoins. « On est en colère, terrifiés et tristes. Quand on voit cette vidéo, on voit qu’il souffre », a confié à l’AFP Jean-Baptiste Reddet, instituteur à la retraite. Il faut « interdire immédiatement la technique du plaquage ventral, bannie ailleurs en Europe. […] C’est très dangereux », a-t-il ajouté.