« Gilets jaunes » à Narbonne : 21 peines de prison ferme pour la destruction du péage

JUSTICE Le tribunal correctionnel de Narbonne a assorti ce jugement de deux maintiens en détention, deux mandats de dépôts et un mandat d’arrêt

Jérôme Diesnis

— 

Plusieurs
Plusieurs — Jérôme Diesnis / Agence Maxele Presse
  • Les juges du tribunal correctionnel de Narbonne n’ont que partiellement suivi les réquisitions du parquet qui réclamait davantage de peines de prison ferme et de mandats de dépôts.
  • La peine maximale a été prononcé à l’encontre de Kevin, condamné pour avoir projeté un véhicule en flammes sur la barrière de péage.
  • Le 12 mai 2020 aura lieu l’action civile. Les juges détermineront le préjudice subi parmi les parties civiles, essentiellement Vinci et la gendarmerie. Et qui mettra la main à la poche pour les dédommager.

Le tribunal correctionnel de Narbonne a prononcé 21 peines de prison ferme à l’encontre des 31 «  gilets jaunes » poursuivis pour l’incendie de la barrière de péage d’autoroute à Narbonne, dans la nuit du 1er au 2 décembre 2018. La barrière de péage avait été détruite, tout comme les locaux attenants de la gendarmerie du peloton autoroutier, préalablement dévalisés. Huit autres prévenus ont écopé de peines avec sursis. Le tribunal a également prononcé une amende et une relaxe.

Les juges n’ont pas suivi dans leur globalité le ministère public qui avait requis 27 peines de prison ferme, dont onze mandats de dépôts et deux maintiens en détention. Finalement, le tribunal a prononcé deux mandats de dépôts (pour des peines de cinq ans ferme et trois ans assortis d’un an avec sursis), un mandat d’arrêt à l’encontre d’un prévenu qui ne s’est pas présenté à l’audience (quatre ans de prison dont 18 mois avec sursis) et deux maintiens en détention de deux hommes condamnés à cinq ans de prison, assortis de 30 mois de sursis. La quasi-totalité des condamnés laissés en liberté a par ailleurs l’interdiction de se regrouper sur les ronds-points.

« On s’attendait à davantage de placements sous mandat de dépôt »

Le juge d’application des peines décidera des éventuels aménagements pour les 16 autres condamnés à des peines de prison ferme (assorties, dans tous les cas, de sursis). « On s’attendait à davantage de placements sous mandat de dépôt au regard des réquisitions du parquet », reconnaît Sylvie Ferval, l’avocate de Sébastien, l’un des deux hommes placés en détention provisoire depuis le mois de mars. Il a été condamné à 5 ans de prison dont 30 mois avec sursis. « Je suis écœurée, ils ne lui ont pas laissé la moindre chance. Il est SDF comme son autre collègue lui aussi maintenu en détention. On punit des SDF », a fondu en larmes sa mère Edwige à la sortie de l’audience.

Les dégâts sont colossaux au péage de Narbonne.
Les dégâts sont colossaux au péage de Narbonne. - Préfecture de l'Aude.

Dans son réquisitoire, le parquet avait dénoncé « des scènes de chaos, de guérilla, d’apocalypse » commises par « une foule bête et brutale ». Kévin, âgé de 29 ans, a écopé de la peine la plus lourde (cinq ans ferme). Il a été désigné comme le conducteur du véhicule ayant projeté un engin en feu sur la barrière de péage. « Ils étaient plus de 200 ce soir-là. Les vrais responsables n’étaient pas dans cette salle, croit savoir Béatrice, une "gilet jaune" venue les soutenir. Il n’y a rien dans ce dossier. C’est un dossier politique ».

« La justice est passée »

Globalement, les avocats ont poussé un soupir de soulagement à l’énoncé des jugements. « L’amalgame n’a pas été fait. Les débats ont été menés sereinement. La présidente et ses assesseurs ont condamné les gens à la hauteur de leur responsabilité pénale, souligne Frédéric De Rinaldo, avocat de Kelly (condamnée à 3 ans de prison dont 1 avec sursis, sans mandat de dépôt), qui loue la pratique du droit mais dénonce l’instruction. Les gens qui étaient ici avaient leur place, mais il manque les pilleurs de la gendarmerie et du péage, le haut de la pyramide. C’est une justice trop expéditive. »

Environ 200 personnes ont dégradé la barrière de péage de Narbonne sud, dans la nuit du 1er au 2 décembre 2018.
Environ 200 personnes ont dégradé la barrière de péage de Narbonne sud, dans la nuit du 1er au 2 décembre 2018. - RAYMOND ROIG / AFP

Les condamnés ont dix jours pour faire appel de ce jugement. Le 12 mai 2020, le tribunal se penchera cette fois sur l’action civile et le dédommagement des victimes (Vinci autoroutes et la gendarmerie essentiellement). « On attend désormais de connaître la hauteur du préjudice, précise le colonel Marc Gonnet, commandant du groupement départemental de la gendarmerie de l’Aude. La justice est passée, elle a pris sa décision. Les peines me paraissent maîtrisées et équilibrées. Cela nous permet de nous reconstruire au sens propre, comme au sens figuré. Nous espérons que ce jugement permettra d’assainir définitivement la situation ».