Réforme des retraites : Edouard Philippe reste « ouvert » et demande à ce que « chacun bouge un peu »

NEGOCIATIONS Le Premier ministre était invité sur RTL ce mardi pour évoquer les avancées de la réforme

20 Minutes avec AFP

— 

Edouard Philippe lors des négociations sur la réforme des retraites, le 19 décembre 2019.
Edouard Philippe lors des négociations sur la réforme des retraites, le 19 décembre 2019. — ELIOT BLONDET-POOL/SIPA

Au 34e jour de la mobilisation contre la réforme des retraites, le Premier ministre s’est exprimé ce mardi sur  RTL. Edouard Philippe a rappelé la détermination du gouvernement de parvenir à une réforme, tout en appelant à ce que « chacun bouge un peu » afin de parvenir à un « compromis ». Il a aussi fait un pas vers la CFDT.

« Je suis ouvert à des discussions sur beaucoup de sujets et j’entends parfois d’excellentes idées », a déclaré sur RTL le Premier ministre, au 34e jour consécutif de grève. Edouard Philippe a ainsi répondu favorablement à Laurent Berger, le numéro un de la CFDT, qui avait plaidé dimanche pour l’organisation d’une « conférence de financement » du système de retraite distincte du projet de loi actuellement en préparation, alors que le syndicat reste opposé à l’instauration d’un âge pivot.

« Fermé sur aucune modalité »

« Je ferai des propositions aux organisations syndicales dans deux heures qui nous permettront peut-être de donner un contenu, un calendrier, un mandat à cette conférence de financement, et donc d’avancer », a poursuivi le Premier ministre, juste avant de se rendre au ministère du Travail où il doit introduire une rencontre multilatérale avec les organisations syndicales.

« Je ne suis fermé sur aucune modalité », a insisté le Premier ministre, tout en répétant son attachement au principe « qui veut que cette réforme (…) ne soit pas une réforme irresponsable ». « Je ne démords pas de cela », a-t-il martelé. « L’équilibre du système doit être garanti » et « je propose de le garantir par la mise en place d’un âge pivot », a-t-il redit. « Mais si les organisations syndicales et patronales s’entendent pour un meilleur système, je le prendrai », a-t-il de nouveau fait valoir, comme il l’a déjà fait lors de la présentation du projet le 11 décembre.

Présenté en mars à l’Assemblée

Alors que lors de ses vœux Emmanuel Macron avait exhorté le gouvernement à trouver « un compromis rapide », Edouard Philippe a indiqué qu’il proposerait de voir « le plus rapidement possible » les partenaires sociaux, peut-être dès cette semaine.

« Le plus tôt sera le mieux » pour trouver un accord, « mais je sais aussi que lorsqu’on discute avec les organisations syndicales et patronales, il ne faut pas brusquer les choses », a nuancé Edouard Philippe. Le projet de loi du gouvernement qui vise à instaurer un système universel par points sera examiné en Conseil des ministres le 24 janvier pour une présentation à l’Assemblée à partir du 17 février.