Les militaires français bientôt équipés de nouveaux pistolets autrichiens Glock

ARMEMENT Les pistolets actuellement en service remontent aux années 1950

J.-L.D. avec AFP

— 

L'armée française au Burkina Faso, illustration
L'armée française au Burkina Faso, illustration — MICHELE CATTANI / AFP

L'armée française a commandé près de 75.000  pistolets semi-automatiques auprès de la firme autrichienne Glock pour équiper d’ici à 2022 l’ensemble de ses forces en remplacement des pistolets en service depuis les années 1950, a annoncé lundi le ministère des Armées.

Le marché de 74.596 pistolets passé par la Direction générale de l’armement (DGA) s’élève à 44 millions d’euros, précise le ministère dans un communiqué. Il comprend en outre des systèmes d’aide à la visée nocturne, également fournis par Glock qui s’est allié à la société tchèque Sellier et Bellot pour les munitions et à l’entreprise américaine UTM pour les kits d’entraînement.

Les trois services de l’armée concernés

L’avis de marché public, publié le 2 mars 2019, prévoyait la fourniture de 15.000 systèmes d’aide à la visée nocturne, 7.000 kits de réducteurs de son et 51 millions de cartouches. Ces pistolets visent à remplacer le MAC 50, produit initialement par la Manufacture d’armes de Châtellerault, entré en service en 1953, et les PAMAS G1, produits à Saint-Etienne dans les années 1990.

Les trois armées – terre (80 % des livraisons), air (10 %) et marine (8 %)- et certains services interarmes sont concernés par cette acquisition. Les premières livraisons ont débuté fin 2019, précise le ministère dans son communiqué.

Les mêmes efforts sur le reste des équipements

Glock équipe déjà de pistolets plusieurs unités françaises comme le GIGN, le Raid ou encore les forces spéciales. « Arme indispensable au combattant, ces pistolets incarnent le renouveau des équipements "à hauteur d’hommes" que la loi de programmation militaire permet », a salué la ministre des Armées Florence Parly dans un tweet.

« Les mêmes efforts concernent les gilets pare-balles, les casques, les treillis. Les militaires déployés sur le terrain doivent être équipés et protégés selon les meilleurs standards », a-t-elle ajouté.

Des fusils belges également livrés

L’armée française est engagée dans un vaste processus de renouvellement des équipements de ses soldats. Le fusil d’assaut Famas est ainsi progressivement remplacé par le HK416F, de fabrication allemande, dont 12.000 exemplaires doivent être livrés en 2020.

Cette année doivent également débuter les livraisons du nouveau fusil de précision SCAR, fabriqué par le belge FN Herstal en association notamment avec l’allemand Telefunken-Racoms et le belge OIP Sensor Systems. Il permet des tirs de jour comme de nuit jusqu’à 800 mètres.

Le contrat, d’un montant de 100 millions d’euros, a été notifié le 13 décembre et comprend la livraison de 2.620 exemplaires d’ici à la fin 2021, selon un communiqué séparé. Quelque 25.000 casques doivent par ailleurs être livrés cette année ainsi qu’une partie des 96.800 gilets pare-balles à remplacer d’ici à 2025.