Réforme des retraites : Plusieurs milliers de manifestants défilent à Paris

MOBILISATION Des cortèges de plusieurs centaines de manifestants se sont également rassemblés à Marseille, Rennes ou encore Rouen

20 Minutes avec AFP

— 

Des manifestants marchent à Paris, le 4 janvier 2020, pour réclamer le retrait de la réforme des retraites.
Des manifestants marchent à Paris, le 4 janvier 2020, pour réclamer le retrait de la réforme des retraites. — Christophe Ena/AP/SIPA

La grogne persiste dans la capitale. Plusieurs milliers de personnes ont manifesté samedi à Paris, et dans d’autres villes de France, pour demander le retrait de la réforme des retraites, à l’appel des unions départementales CGT, FO, Solidaires et FSU. Selon la préfecture de police, le cortège parisien a rassemblé 3.500 personnes, dont 550 identifiés comme « gilets jaunes », qui sont assez peu présents dans les cortèges depuis le début de la contestation sur les retraites.

Derrière une banderole réclamant « Macron, retire ton projet, sauvegardons et améliorons nos retraites », le défilé s’est déroulé tranquillement entre la Gare de Lyon et la Gare de l’Est. Place de la Bastille, les manifestants, parmi lesquels aussi quelques blouses blanches et des enseignants, ont salué l’Opéra en scandant « la clause du grand-père, on n’en veut pas ! », en référence à la proposition qui a été faite aux danseurs de l’Opéra que seuls les nouveaux entrants ne bénéficient plus d’un départ à la retraite à 42 ans, proposition qu'ils ont rejetée. Beaucoup d’opposants portaient pancartes et boîtes en carton tentant de collecter de l’argent pour aider les grévistes.

Nouvelles manifestations les 9 et 11 janvier

A Marseille, également, quelques centaines de personnes ont manifesté au départ du Vieux Port (600, selon la police). Des « gilets jaunes » ont pris la tête du cortège sous un grand soleil, suivis par des militants CGT et Solidaires principalement. A Rouen, 850 manifestants selon la police, 2.000 selon la CGT ont manifesté dans le centre-ville. Au Havre, 200 manifestants, selon la CGT, ont fait 37,5 fois le tour de l’hôtel de ville à vélo ou à trottinette pour réclamer le retour aux 37,5 annuités de cotisation nécessaires pour obtenir une retraite à taux plein, en vigueur avant 1993. A Rennes, entre 200 manifestants, selon la police, et 400 selon les syndicats, dont des « gilets jaunes » ont défilé en centre-ville.

La grève dans les transports, SNCF et RATP, est entrée samedi dans son deuxième mois, une durée inégalée qui a dépassé le précédent record de 28 jours consécutifs, établi en 1986-1987. Une intersyndicale CGT, FO, CFE-CGC, Solidaires, FSU demande le retrait de la réforme des retraites, qui prévoit la fusion des 42 régimes existants en un seul, universel et par points. Une prochaine manifestation est prévue le 9 janvier, ainsi qu’une autre, deux jours plus tard, le samedi 11 janvier.