« Love Sunday » : Pourquoi le premier dimanche de janvier affole les compteurs sur les applis de rencontre ?

DATING Chaque année, le premier dimanche de janvier, les audiences des sites de rencontres atteignent des sommets. Explications de cet ouragan saisonnier dans le monde du dating

Jean-Loup Delmas

— 

C'est le jour pour les rencontres
C'est le jour pour les rencontres — Pixabay
  • Chaque premier dimanche de janvier, les sites de rencontre enregistrent des audiences folles et bien supérieures à leur moyenne.
  • « Love Sunday », saison du swipe, qu’importe l’appellation, les chiffres sont au top chaque année.
  • Cause météorologique, pression familiale et manque de soirée, on fait le point sur ce phénomène et ses nuances.
     

C’est bien connu, et tous les téléfilms mielleux ingurgités à Noël nous l’ont rappelé, l’amour peut frapper n’importe quand et surgir de n’importe où. Pourtant, il y a des journées où plus de monde que d’habitude attend que Cupidon vienne tirer ses flèches.

Ce dimanche, c’est ce que les sites de dating appellent le « Love Sunday ». Derrière cette appellation so start-up nation se cache une réalité statistique : le premier dimanche de janvier est le plus prolifique de l’année. Nombre d’inscriptions record, opulence de messages envoyés par les usagers, les chiffres s’emballent autant que les cœurs.

Bonnes résolutions et Cupidon

Le groupe Meetic France recense ainsi que le premier dimanche de 2019, le nombre d’inscriptions sur l’application était deux fois plus élevé que la moyenne journalière, et qu’il y avait une augmentation de messages échangés de + 62 % par rapport à un jour classique.

Mais quelles en sont les raisons (que l’amour ignore) ? « C’est le moment d’une nouvelle année et la recherche d’un nouveau soi », analyse Héloïse des Monstiers, directrice de Meetic France, qui cite la sainte trinité des bonnes résolutions : faire du sport, arrêter de fumer, trouver l’amour. Finalement, les sites de rencontre ne seraient pas si différents que ces salles de musculation faisant le plein en janvier avant de perdre en affluence.

Tu seras en couple, mon fils

Clémentine Lalande, CEO de Once, précise que le phénomène s’inscrit en réalité dans une temporalité beaucoup plus vaste, de Noël jusqu’à la Saint-Valentin. C’est durant toutes ces semaines que les datas des sites de dating s’emballent. L’une des explications est toute trouvée : « C’est l’hiver, il fait froid, on reste souvent chez soi et on traîne sur Internet », toujours à portée de clics d’un site de rencontres.

Mais plus que la météo et les bonnes résolutions, la raison d’un tel pic serait sociologique. Pour Clémentine Lalande, l’injonction déjà omniprésente de la société au couple atteindrait des sommets à cette période : « Après le repas de Noël avec tata Nicole qui nous a rappelé pour la énième fois notre célibat, on est bien décidé à changer ça. Le Nouvel An avec des amis en couple nous le rappelle aussi. »

Le dimanche du vide

Contacté, Tinder nous indique lui aussi constater un pic d’activité, à partir de ce fameux dimanche. La journée marquerait le début d’une période de six semaines. Un niveau record d’audience atteint entre le 5 janvier et le 13 février, nommé « la saison du swipe ». L’an dernier, pendant ladite saison, le nombre total de matchs a en moyenne augmenté de plus de 40 millions par rapport au nombre habituel.

Voilà pour les raisons sur la période, mais pourquoi tout s’emballe ce dimanche ? « C’est généralement le premier moment de l’année où on se retrouve seul et sans rien faire », estime Héloïse des Monstiers. Elle prend l’exemple de la première semaine de 2020 : vous êtes sortis pour le réveillon le 31, avez décuvé le 1er janvier, êtes allés au boulot jeudi vendredi, et sorti en soirée samedi. Vient le fatidique dimanche, où à part la lecture de ce superbe article, les activités se réduisent à peau de chagrin (d’amour) : « Le dimanche, c’est un jour vide, et a fortiori une soirée vide, c’est donc là qu’on met ses résolutions à exécution. » Meetic recense au sein même du « Love Sunday » un pic d’activité entre 21 h et 22 h.

L’amour a ses saisons

Ce phénomène est d’autant plus intense qu’il se renouvelle de lui-même chaque année : « C’est devenu le rendez-vous à ne pas manquer pour les célibataires, ils savent que c’est le moment idéal pour faire le plus de rencontres et trouver la bonne personne », s’enthousiasme la directrice de Meetic France.

Clémentine Lalande pointe d’ailleurs un aspect autoentretenu : « Vous ne verrez jamais autant de publicités pour des applications de rencontre qu’à cette période de l’année. Les marques entretiennent et participent d’elles-mêmes à l’explosion des chiffres, ce n’est pas que naturel. »

Pour les célibataires transis qui louperont ce dimanche de clics frénétiques, l’autre grosse période de l’année en termes de dating c’est l’été, indiquent tous les sites contactés. L’envie d’être dehors, la pause des vacances, le soleil et l’idée d’un renouveau estival avant la rentrée. Causes inverses, mêmes conséquences. Mais de toute manière, quand on aime, on ne compte pas.