Réforme des retraites : Edouard Philippe reçoit les membres du gouvernement à Matignon pour un « état des lieux »

SOCIAL Lors de ses vœux aux Français mardi, Emmanuel Macron a appelé le gouvernement à « trouver un compromis rapide »

20 Minutes avec AFP

— 

Edouard Philippe, le 6 novembre 2019 à Matignon.
Edouard Philippe, le 6 novembre 2019 à Matignon. — CHARLES PLATIAU / POOL / AFP

Alors que la mobilisation contre la réforme des retraites entre dans sa 30e journée, Edouard Philippe a réuni des membres du gouvernement à Matignon ce vendredi pour « faire le point », alors que les discussions patinent avec les syndicats.

Les ministres de la Transition écologique Elisabeth Borne, de la Santé Agnès Buzyn, et les secrétaires d’Etat aux Transports Jean-Baptiste Djebbari et aux retraites Laurent Pietraszewski étaient attendus dès 9h30 ce vendredi par Edouard Philippe. La ministre du Travail Muriel Pénicaud, dont la présence n'avait pas été indiquée dans un premier temps, a aussi participé à la réunion, qui a duré environ une heure et demie, a précisé Matignon. La réunion n’avait pas été annoncée officiellement par Matignon, qui n’a pas communiqué d’agenda pendant les fêtes de fin d’année.

« Un compromis rapide »

Lors de ses vœux aux Français mardi, Emmanuel Macron a réaffirmé sa détermination à « mener à bien la réforme des retraites », tout en pressant le gouvernement de « trouver un compromis rapide ». « Nous espérons évidemment (une sortie de crise) et le gouvernement est à pied d’œuvre pour faire en sorte que nous puissions trouver la voie d’un compromis rapide, comme l’a souhaité le président de la République », a assuré sur France 2 la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye.

« Le Premier ministre a invité les partenaires sociaux avant le départ en vacances à un calendrier de travail dès le mardi 7 janvier », a rappelé Sibeth Ndiaye et, selon elle, « il y a beaucoup de grain à moudre, beaucoup de choses sur la table aujourd’hui ». « Ce calendrier de travail, c’est travailler à la fois sur la manière dont on aménage la fin de la carrière professionnelle des individus », « le montant de la pension minimum », « la manière dont on organise les transitions entre les différents régimes et le régime universel » et « le sujet de la pénibilité au travail, comment est-ce qu’on le retranscrit dans la fonction publique », a-t-elle détaillé.

La porte-parole a précisé que les critères pour obtenir le minimum retraite « font partie des discussions que nous avons aujourd’hui » et « même le montant de ce minimum retraite que nous avons fixé pour notre part à 85 % du SMIC net peut faire l’objet d’amélioration ».