Grève contre la réforme des retraites : La CGT appelle à bloquer toutes les raffineries du pays pendant trois jours

STATION-SERVICE « Ce sera un blocage total », a affirmé Thierry Defresne, le délégué central de la CGT chez Total

L.Br.

— 

La raffinerie de La Mède, près de Marseille, le 26 octobre 2019.
La raffinerie de La Mède, près de Marseille, le 26 octobre 2019. — Boris HORVAT / AFP

Un « temps fort » dans les raffineries françaises. C’est en tout cas la volonté de la CGT, qui appelle à un blocage de trois jours pour protester contre la réforme des retraites.

Thierry Defresne, le délégué central de la CGT chez Total, était l’invité de nos confrères de Franceinfo lundi 30 décembre : « On appelle à un grand temps fort dans toutes les raffineries de France, du 7 au 10 janvier, pour faire en sorte qu’aucun produit ne sorte pendant 96 heures ». Interrogé sur la forme de la mobilisation, le syndicaliste a expliqué : « Ce sera un blocage total, répond Thierry Defresne. A l’issue de ces 96 heures de grève on se posera la question de savoir si l’on passe à l’étape de l’arrêt des installations. »

Un approvisionnement « quasi-normal »

Parmi les huit raffineries implantées sur le sol français, deux subissent des blocages partiels : les expéditions de carburant sont bloquées à la raffinerie Total de Grandpuits (Seine-et-Marne) et un blocage est également en cours à La Mède (Bouches-du-Rhône).

Samedi, le ministère de la Transition énergétique a tenu à rassurer, indiquant que l’approvisionnement des stations-service était « quasi normal » en France et que toutes les raffineries continuent leur production. « Plus de 98 % des 11.000 stations-service (du pays) ne connaissent aucune difficulté et sont normalement approvisionnées », a précisé le ministère.

Même constat chez Total : le nombre de stations-service en rupture d’approvisionnement était en baisse vendredi en milieu de journée au sein de son réseau, avec un retour à des « niveaux normaux » pour une veille de week-end. Total a comptabilisé 54 stations-service en difficulté d’approvisionnement à la mi-journée sur un réseau national de quelque 3.500 stations (contre 79 jeudi dernier).