Non, un enfant n’a pas vraiment reçu « Mein Kampf » à la place de « Minecraft » à Noël

FAKE OFF Une vidéo humoristique montrant un enfant découvrir, à Noël, « Mein Kampf », le livre d’Adolf Hitler, est prise au sérieux par certains internautes

Alexis Orsini

— 

La couverture de Mein Kampf collée à un livre de Jules Verne.
La couverture de Mein Kampf collée à un livre de Jules Verne. — capture d'écran/Twitter
  • A Noël, il n'est pas rare de recevoir un cadeau sans rapport avec celui qu'on avait demandé, à cause d'un quiproquo.
  • Difficile toutefois d'imaginer pire malentendu que celui vécu par un enfant ayant reçu « Mein Kampf », le livre d'Adolf Hitler, au lieu du jeu vidéo « Minecraft ».
  • La séquence, filmée, est devenue virale sur les réseaux sociaux. Mais il s'agit en réalité d'une mise en scène de l'humoriste Yann Stotz, qui explique à 20 Minutes comment sa blague lui a échappé. 

« Regardez le cadeau  qu’il a eu pour Noël, j’suis mort », « Je sais pas qui est l’auteur mais cette vidéo va rentrer dans les annales »… A en juger par le nombre colossal de vues, de partages ou de reprises qu’elle a déjà engrangé en l’espace de quelques jours sur les réseaux sociaux, la séquence a en effet déjà marqué les esprits.

Et pour cause : on y voit un petit garçon, en plein déballage de ses cadeaux de Noël dans le salon familial, rester perplexe lorsqu’il découvre… le visage d’Adolf Hitler sur la couverture de son célèbre ouvrage, Mein Kampf(« Mon combat »). « Mais c’est Minecraft qu’il voulait ! », s’exclame alors son père, choqué de voir l’ouvrage du dictateur en lieu et place du célèbre jeu vidéo, tandis que le grand-père du garçon tente de se justifier : « Mais il m’a dit Mein Kampf… »

Si certains internautes sont bien conscients qu’il s’agit d’une mise en scène humoristique – on voit ainsi clairement que la couverture de Mein Kampf a été collée grossièrement sur un autre livre –, nombre d’entre eux sont convaincus que la vidéo montre un authentique quiproquo familial, le soir de Noël, provoqué par la ressemblance phonétique entre Minecraft et Mein Kampf. Et ils sont encouragés en ce sens par les différents articles qui prennent la séquence au premier degré, que ce soit en France (« Ce grand-père se trompe et achète le livre Mein Kampf au lieu du jeu Minecraft pour son petit-fils : déception totale ! ») ou encore à l’étranger, notamment en Espagne.

FAKE OFF

La confusion tient notamment au détournement de la vidéo : alors qu’elle émanait à l’origine du compte Instagram de l’humoriste Yann Stotz, elle a rapidement été reprise sur les réseaux sociaux sans aucune indication sur son auteur ou sur son origine.

« A l’origine, j’avais mis la vidéo en story [un format de diffusion éphémère] sur Instagram le 24 au soir, pour faire une blague sur ce jeu de mots entre Mein Kampf et Minecraft – que je ne suis pas le premier à avoir fait à mon avis. Quelqu’un l’a reprise et partagée sur Snapchat, sans me créditer donc sans la caution "Yann Stotz – humoriste", ce qui a donné un tout autre sens à la vidéo : le problème, c’est que des gens la prennent au sérieux et que ça fait passer ma famille pour ce qu’elle n’est pas », précise Yann Stotz à 20 Minutes.

D’autant que l’humoriste n’avait pas du tout imaginé, au moment de filmer cette blague – qui circule sur le web anglophone depuis quelques années, notamment sous la forme d’un montage mettant en scène un enfant –, qu’elle prendrait une telle ampleur ou pourrait être prise au premier degré : « Ca fait trois ans que quand on offre des cadeaux Minecraft à mon filleul, je me dis "c’est marrant, ça ressemble à Mein Kampf", donc cette année j’ai imprimé la couverture de Mein Kampf, je l’ai collée sur un livre de Jules Verne et j’ai tourné la vidéo. Mais le buzz a pris des proportions énormes, même Joey Starr l’a partagée ! »

« Pas de volonté de duper »

Face à une telle viralité, Yann Stotz a depuis remis en ligne la vidéo sur son compte Instagram et sur sa page Facebook – où elle a ironiquement été supprimée pour « incitation à la haine » – afin de permettre aux internautes de remonter à sa source. « Le buzz n’a pas eu de conséquence grave pour moi même si j’ai reçu quelques messages d’illuminés et que ça été repris sur des sites peu recommandables. Certains internautes ont cru débusquer une fausse couverture, c’est le même genre de personne qui assiste à un spectacle de magie et s’exclame : "il y a un truc"… Bien sûr que c’est un fake mais il n’y avait pas de volonté de duper, sinon j’aurais mis une publicité pour mon spectacle ! »

S’il prévoit de filmer une vidéo explicative pour revenir sur ce phénomène et sur « certaines réactions », l’humoriste reste bien conscient qu’il n’est ni le premier, ni le dernier à se retrouver dépassé par le succès d’une création sur le web : « C’est typique d’Internet : vous pouvez passer une journée à plancher à fond sur un tournage, et personne ne va regarder votre travail, mais à l’inverse une vidéo tournée en quelques secondes, sur le moment, va prendre une ampleur incroyable ».