Carburants : Situation « quasi normale » avec des tensions en PACA

ESSENCE Lundi soir, seulement 2,6% des stations françaises présentaient un défaut d'un ou deux produits 

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration d'une station essence en manque de carburant.
Illustration d'une station essence en manque de carburant. — FRED SCHEIBER/SIPA

L’approvisionnement des stations-service est « quasi normal » en France même si la situation est localement plus tendue en région PACA, a assuré mardi le président de l’Union française des industries pétrolières (UFIP), Francis Duseux.

Tension en PACA

« Il n’y a pas de quoi s’inquiéter, a-t-il indiqué. Nous avions hier soir 2,6 % des stations françaises avec un défaut d’un ou deux produits. » Il y a toutefois « un peu de tension en zone PACA », notamment à la suite d’un mouvement social dans un gros dépôt pétrolier local, où les chargements repartaient mardi matin.

« Cette nuit quelques stations Total ont été livrées, mais on n’est pas du tout à la normale », a témoigné Eric Segurra, président régional Paca du CNPA (Conseil National des Professions de l’Automobile), section distributeurs de carburant et énergie et gérant d’une station Total à la Tour d’Aigues (Vaucluse).

« Toutes les raffineries en production »

Du côté du groupe Total, « la situation s’améliore sur notre réseau » français, a assuré un porte-parole mardi matin. Concernant les huit raffineries de France métropolitaine, « toutes les raffineries étaient en production et deux étaient en défaut d’expédition », a indiqué Francis Duseux.

Appel au calme

A la raffinerie de Lavéra (Bouches-du-Rhône), une unité est à l’arrêt depuis lundi et les autres suivront, selon la CGT. La direction se refuse pour sa part à tout commentaire. Selon Total, des blocages d’expéditions « perlés » se poursuivent dans sa raffinerie de La Mède (Bouches-du-Rhône), qui continue toutefois de produire.

A Grandpuits (Seine-et-Marne), la production se poursuit mais à débit réduit et les grévistes ont voté la poursuite du blocage des expéditions. La direction devra décider « cette semaine » s’il faut arrêter ou non la production, a expliqué le porte-parole du groupe pétrolier. La situation est normale sur ses sites de Normandie, Donges et Feyzin, selon la même source.

Le gouvernement avait estimé lundi que « la situation ne donne donc lieu à aucune inquiétude » et demandé aux automobilistes d’éviter les pleins « de précaution ».