La police a-t-elle lancé des grenades de désencerclement sur des pompiers qui manifestaient ?

FAKE OFF Une vidéo très visionnée sur Twitter prétend montrer des pompiers blessés par des grenades de désencerclement lancées par la police, lors de la manifestation du 17 décembre à Paris

Alexis Orsini
Des pompiers sur la place de la nation, à Paris, le 17 décembre 2019.
Des pompiers sur la place de la nation, à Paris, le 17 décembre 2019. — Celine Bregand/SIPA
  • Mardi 17 décembre, de nombreux manifestants se sont mobilisés à Paris contre la réforme des retraites.
  • En fin de manifestation, des pompiers du Val-d’Oise se sont avancés, les mains en l’air, vers un cordon de policiers, qui auraient blessé plusieurs d’entre eux avec des grenades de désencerclement, à en croire une vidéo peu probante.
  • 20 Minutes revient sur le déroulé des événements.

« On reste derrière ! Derrière les pompiers ! » Lancé à la dérobée, au milieu d’un groupe de manifestants qui s’approchait d’un cordon de policiers, le conseil a été suivi à la lettre par plusieurs « gilets jaunes » rassemblés lors de la grève du 17 décembre contre la réforme des retraites.

Mais il n’a pas empêché les forces de l’ordre de charger les soldats du feu situés en première ligne – alors qu’ils progressaient les bras levés –, avant de reculer puis d’employer une autre technique, que l’on entend juste sous la forme de deux détonations successives dans une vidéo visionnée plus de 98.000 fois sur les réseaux sociaux. « J’ai été touché ! » y crie, en toute fin de séquence, un homme non identifié.

« En France, on jette des grenades de désencerclement sur des pompiers qui avancent en levant les mains. Au moins deux blessés. Existe-t-il un exemple de démocratie où on a déjà vu ce genre de scène ? », s’indigne ainsi le tweet relayant la séquence.

FAKE OFF

La séquence a bien été filmée à Paris, sur l’une des sorties de la place de la Nation, point d’arrivée du cortège qui défilait le 17 décembre. Les pompiers visibles appartiennent au groupement du Val d’Oise (95), comme on peut clairement le lire sur le dos de leur veste.

« Ça s’est passé aux alentours de 17h45 », nous précise Benoît Deverly, journaliste reporter d’images (JRI) indépendant qui a lui-même filmé la scène sous un autre angle : « Les pompiers ont formé une "ligne" avec une torche à la main et ont avancé vers les CRS mains en l’air. Ils se sont ensuite arrêtés, les CRS ont chargé, puis ont lancé une ou deux [grenades de désencerclement] mais les pompiers […] sont restés statiques ».


A 0’42, sur sa vidéo, on voit ainsi clairement un membre d’une Compagnie républicaine de sécurité (CRS) s’extirper légèrement du cordon pour lancer en direction des pompiers un projectile, qui retentit quasi-instantanément, avant qu’une deuxième puis une troisième détonation ne suivent, respectivement dix et dix-sept secondes plus tard hors champ.

Un projectile qui explose au milieu de plusieurs pompiers

On voit toutefois nettement l’impact de la troisième détonation sur une autre vidéo, filmée par « MTGPhotographe » : à 0’54, le projectile explose ainsi au milieu de plusieurs pompiers. Certains d’entre eux s’empressent alors de porter dans leurs bras leur collègue touché par l’impact, tandis qu’un autre applaudit ironiquement les forces de l’ordre. « Elles ont envoyé plusieurs grenades, mais elles ont interrompu leur charge parce que les pompiers n’ont pas bougé alors que normalement, dans ces cas-là, les gens prennent la fuite », précise le vidéaste à l’origine des images.


« Certains pompiers ont ensuite déposé un drapeau français au sol et se sont mis derrière face aux CRS. Il y a eu une deuxième charge et de nouveau, un envoi de grenade lacrymogène sur le groupe de pompiers. L’un d’entre eux [et un autre homme] a été blessé par la grenade », indique quant à lui Benoît Deverly.

Dans la seconde vidéo mise en ligne par Benoît Deverly, on entend ensuite distinctement (à 0’17) un policier crier « Vous reculez ! » avant qu’une détonation ne retentisse de nouveau au milieu du groupe et qu’un pompier ne bascule en avant, tout en essayant de rester debout sur une jambe visiblement mal assurée, tandis qu’un homme se tient le ventre (à 0’21). Contactée par 20 Minutes, la préfecture de police n’avait pas répondu à nos sollicitations avant la parution de l’article.


Jérôme François, secrétaire général du syndicat UNSA Pompiers, confirme en revanche l’impact de ces projectiles : « Plusieurs pompiers ont bien été touchés, deux ont été blessés, dont un sérieusement à la cheville, et d’autres ont reçu des éclats ».

Christophe Gueugneau, journaliste de Mediapart présent à ce moment-là, nous précise enfin : « Ce qui était très surprenant, c’est qu’on était au point d’arrivée de la manifestation, qui s’était plus ou moins bien déroulée, et il y a eu une montée en tension des policiers. Les pompiers qui avançaient étaient vraiment pacifistes mais, depuis quelques minutes, la police criait au mégaphone "la manif est terminée, dispersez-vous", alors qu’il n’était même pas 18h et que ça paraissait difficilement justifiable, puisqu’on attendait encore l’arrivée du gros du cortège ».