Réforme des retraites : 61 % des Français contre l’âge d’équilibre à 64 ans

SONDAGE L’âge d’équilibre à 64 ans est au cœur des débats entre le gouvernement et les syndicats sur le projet de réforme des retraites

20 Minutes avec AFP

— 

Manifestation à Lille contre la réforme des régimes de retraites.
Manifestation à Lille contre la réforme des régimes de retraites. — M.Libert / 20 Minutes

L'« âge pivot » ne fait pas l’unanimité. Selon un sondage* Ipsos pour CNews et Sud Radio, publié ce jeudi, 61 % des Français n’approuvent pas la création d’un âge d’équilibre à 64 ans, au cœur des débats entre le gouvernement et les syndicats sur le projet de réforme des retraites.

Les partisans de cet « âge pivot » ont cependant progressé de deux points en une semaine (39 % contre 37 %), selon cette étude.

Le mouvement de contestation soutenu

Ils sont en revanche 66 % à soutenir la mise en place d’un système de retraite universel mettant fin aux régimes spéciaux, fondement de la réforme proposée par le président Emmanuel Macron sur le principe duquel les syndicats sont divisés. Plus généralement, une majorité de Français (54 %) soutient ou exprime de la sympathie à l’égard de la mobilisation des principales organisations syndicales et de jeunesse qui mènent le mouvement de grève contre la réforme présentée par le gouvernement.

Ce soutien est en progression constante depuis fin novembre, quand seuls 46 % des Français soutenaient le mouvement. Sur le plan politique, il est particulièrement fort chez les sympathisants de La France insoumise (82 %), au Parti socialiste (75 %) et au Rassemblement national (65 %).

Le gouvernement ne cédera pas, selon les Français

En revanche, 64 % des partisans de LREM et 48 % des Républicains (pour 40 % de soutiens) se déclarent opposés ou hostiles au mouvement en cours. A titre de comparaison, les mouvements précédents contre la réforme des retraites avaient totalisé entre 54 et 62 % de soutiens en 1995, et 71 % en octobre 2010.

Au final, si une majorité de Français (59 %) ne souhaite pas que le gouvernement aille jusqu’au bout de sa réforme (contre 54 % les 26-27 novembre), ils sont 70 % à penser que l’exécutif ne cédera pas aux mobilisations et aux grèves.

*Sondage réalisé mardi et mercredi par des questionnaires en ligne auprès d’un échantillon de 1.013 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.