Une trentaine de militaires français ont rejoint les rangs du djihad depuis 2012

RADICALISATION Un rapport, qui doit être publié en fin de semaine, décrit le parcours et les motivations de ces soldats français devenus djihadistes

20 Minutes avec agences

— 

Des combattants de Daesh en Syrie. (Illustration)
Des combattants de Daesh en Syrie. (Illustration) — Uncredited/AP/SIPA

Une trentaine de militaires français ont rejoint depuis 2012 les rangs d’organisations djihadistes en Syrie et en Irak, selon un rapport du Centre d'analyse du terrorisme (CAT). Ce document, obtenu par l’AFP après que Le Figaro en a révélé la teneur mercredi, doit être publié en fin de semaine.

Il livre les parcours de ces soldats, passés parfois par des unités réputées (Légion étrangère, fusiliers marins, parachutistes) et qui ont décidé de rejoindre les rangs du djihad au terme de parcours individuels très différents les uns des autres.

L’armée, une « cible de recrutement stratégique »

Le rapport, qui décrit notamment les motivations de 23 individus, estime que si l’armée constitue une « cible de recrutement stratégique » évidente, « la radicalisation islamiste demeure marginale au sein des armées ».

Certains avaient préparé leurs projets avant de prendre l’uniforme. D’autres l’ont envisagé après leur départ de l’armée, ou pendant. Quelques-uns ont déserté, refusant de se battre contre des musulmans. Ils étaient convertis ou musulmans de souche.

L’expérience de ces hommes, dont certains sont morts, n’a pas laissé insensibles les organisations qu’ils ont rejointes. « Leur connaissance du milieu, leur appétence pour les armes et leur savoir-faire militaire ont facilité leur ascension au sein des différents groupes terroristes », selon le rapport.

Des appuis pour planifier des attentats en France ?

« Certains anciens militaires ont pu également, grâce à leur formation militaire dans l’armée française, leur connaissance des emplacements et leur expérience sur zone au sein d’organisations djihadistes, planifier des attentats en France », ont estimé les auteurs du texte.

Ces derniers relèvent toutefois que les autorités surveillent de près les militaires radicalisés ou susceptibles de radicalisation islamiste, et que la législation française s’est renforcée ces dernières années, en particulier pour permettre les enquêtes administratives sur des personnes déjà en poste.