Nice : Quatre étudiants créent « The Manuel d'anglais », un livre adapté pour les personnes atteintes de trisomie 21

DO YOU SPEAK ENGLISH ? Né dans le cadre de leurs études en Langues étrangères appliquées (LEA), l'ouvrage a été adapté pour être compréhensible par tous

Jonathan Hauvel

— 

Morgane Beunard, Margot Fraissinet Rubio, Ymran Ismailov et Amélia Quattrocchi ont créé "The Manuel d'anglais
Morgane Beunard, Margot Fraissinet Rubio, Ymran Ismailov et Amélia Quattrocchi ont créé "The Manuel d'anglais — A. Quattrocchi
  • L’utilité de l’anglais au quotidien n’est plus à démontrer. Mais comment y accéder quand on est atteint de trisomie 21 ?
  • Quatre étudiants du campus Carlone, à Nice, ont créé un ouvrage adapté, intitulé « The Manuel d’anglais ».

Dans les séries, dans les films, dans les chansons ou encore sur les réseaux sociaux, l’anglais est omniprésent. Mais encore faut-il le comprendre. Pour remédier à ce problème chez les personnes atteintes de trisomie 21, Amélia Quattrocchi, Margot Fraissinet Rubio, Morgane Beunard et Ymran Ismailov, quatre étudiants en Langues étrangères appliquées (LEA) à la Fac de lettres à Nice, ont élaboré The Manuel d’anglais, un ouvrage qui leur est destiné.

« L’an dernier, dans le cadre de nos études, on a donné des cours d’anglais à cinq personnes de 25 à 53 ans, en lien avec l’association Trisomie 21 Alpes-Maritimes. Ils étaient très heureux d’apprendre une nouvelle langue. Ça nous a mis la pêche. On a eu envie d’élargir cela à la France entière à travers le manuel », raconte Amélia Quattrocchi.

Pas de fantaisie graphique

Couverture de

Composé de vingt chapitres, avec la leçon sur la page de gauche et les exercices sur la page de droite, le manuel semble a priori très classique. Pourtant, des adaptations pédagogiques ont été nécessaires lors de la mise en page. « Une personne trisomique a besoin d’image et de textes très courts, avec toutes les étapes retracées. C’est pour ça que le manuel est très visuel », détaille Amélia Quattrocchi.

De même, tout le manuel est écrit en noir et en Arial 14, une des typographies de base d’un éditeur de texte. « L’association nous l’a conseillé car c’est plus simple pour les élèves. S’il y avait une police un peu fantaisiste, ça pourrait les désorienter, les braquer et les conduire à ne plus ouvrir le livre », précise la Mouansoise de 20 ans.

Toucher les citoyens de demain

Au-delà de la plus-value pour les bénéficiaires, le projet est une belle occasion de « rendre la société plus inclusive », selon Isabelle Rossini, présidente de l’association Trisomie 21 Alpes-Maritimes : « Par le manuel, ces quatre jeunes montrent que les personnes avec un handicap, malgré leurs déficiences intellectuelles, peuvent apprendre une langue étrangère. Grâce à eux, nous avons aussi pu donner une conférence à l’université et toucher un amphithéâtre de citoyens de demain qui seront au contact de personnes handicapées par leur emploi, les loisirs, le sport… »

The Manuel d’anglais sera accessible à la mi-janvier sur la plateforme d’édition « BOD ». Il sera également disponible en version papier sur demande.