Bretagne : Les routes se connectent pour sécuriser et fluidifier le trafic

VOITURE Un réseau de 500 kilomètres de routes connectées est désormais opérationnel dans la région

Jérôme Gicquel

— 

Illustration d'un agent de la Dir Ouest, intervenant sur une route près de Rennes.
Illustration d'un agent de la Dir Ouest, intervenant sur une route près de Rennes. — C. Allain / 20 Minutes
  • Environ 500 kilomètres de routes connectées sont désormais opérationnelles sur le réseau routier breton.
  • Grâce à des bornes installées au bord des routes, les conducteurs recevront des indications sur l’écran de leur ordinateur de bord.
  • Ce système vise à l’avenir à sécuriser et fluidifier le trafic et à préparer l’arrivée des voitures autonomes.

De la taille d’une boîte de chaussures, des petits boîtiers ont fleuri ces derniers mois le long des routes bretonnes. En tout, ce sont une centaine de bornes bardées de technologies qui ont été déployées sur les principaux axes routiers de la région dans le cadre du projet Scoop.

Désormais opérationnelles sur un réseau de plus de 500 kilomètres, elles visent à l’avenir « à sécuriser et fluidifier le trafic et à préparer l’arrivée des voitures autonomes », souligne Katell Kerdudo, cheffe du service mobilité et trafic à la direction interdépartementale des routes de l’Ouest (Dir Ouest).

Les équipements se font attendre dans les voitures

A l’instar de Waze, ces bornes fonctionnent grâce aux informations transmises par les usagers de la route. Témoins d’un accident ou d’un obstacle sur la chaussée, ces derniers vont pouvoir signaler ces événements depuis l’ordinateur de bord de leur véhicule. La borne se charge alors de transmettre l’information au centre gestionnaire du trafic qui la diffusera aux autres véhicules présents dans ce secteur.

« Le conducteur recevra ainsi des informations gratuites, fiables et ciblées suivant l’axe sur lequel il se trouve », indique Frédéric Lechelon, à la tête de la Dir Ouest. A l’avenir, une fois que les constructeurs auront intégré le dispositif dans les véhicules, l’information pourra également être transmise automatiquement lorsqu’un airbag s’active ou que les feux antibrouillard se déclenchent.

Alerter les conducteurs en cas d’événements graves

Dans l’attente d’un déploiement plus large, le dispositif intéresse déjà de nombreux acteurs, à commencer par la région Bretagne. Cinq cars circulant sur son réseau BreizhGo viennent d’être équipés de ce dispositif. En cas de congestion du trafic, les conducteurs sont ainsi alertés avec la possibilité d’emprunter un itinéraire bis pour optimiser le temps de parcours.

La gendarmerie se montre également très attentive à cette technologie dans un souci de « lutter contre l’insécurité routière », indique le colonel Bertrand de Varine, chargé de mission à la gendarmerie. « Mais on peut aussi imaginer alerter les automobilistes en cas d’événements graves comme des alertes attentat ou enlèvement », conclut-il.