Haute-Loire : Un supermarché libre-service ouvre dans un climat tendu

ROBOTISATION L’hypermarché d’une petite commune près du Puy-en-Velay fonctionne désormais sans caissières ni hôtesse

20 Minutes avec AFP

— 

Le groupe Géant a ouvert un hypermarché sans caissières en Haute-Loire. Ici, un supermarché Casino à Paris, en novembre 2019 (illustration).
Le groupe Géant a ouvert un hypermarché sans caissières en Haute-Loire. Ici, un supermarché Casino à Paris, en novembre 2019 (illustration). — PATRICK GELY/SIPA

La première ouverture, sans caissière ni hôtesse, de l’hypermarché Géant (groupe Casino) de Vals-près-le-Puy, en Haute-Loire, s’est déroulée dimanche, en présence d’élus locaux mais aussi de manifestants contre cette nouvelle pratique.

Quelque 200 personnes selon la CGT, une soixantaine d’après la police, s’étaient rassemblées dans l’après-midi devant ce magasin qui emploie 180 personnes dans la petite commune limitrophe du Puy-en-Velay.

Parmi elles des salariés opposés à ce nouveau mode de fonctionnement de leur magasin, des représentants syndicaux, quelques « gilets jaunes » et des élus de la région comme le maire du Puy-en-Velay, Michel Chapuis (UDI), ou Laurent Johanny (Génération. s), chef de file de l’opposition municipale, candidat à la mairie en mars 2020. Ce dernier a déclaré à l’AFP regretter « le manque de courage politique » des élus de l’agglomération du Puy-en-Velay (ndlr : présidé par Michel Joubert, DVD) qui ont refusé selon lui jeudi d’adopter sa « motion de soutien aux salariés de l’hypermarché opposés à cette nouvelle pratique ».

Barrières et bousculades

« La direction de Casino a mobilisé pas moins de 36 agents de sécurité, qui ont surtout empêché la plupart des gens qui le souhaitaient d’entrer dans le centre commercial », a de son côté affirmé Christophe Romeuf, délégué du syndical CGT. L’après-midi a été émaillé de bousculades lorsque certains clients ou des membres du personnel de la grande surface, dans la confusion, ont été empêchés d’y pénétrer par des agents de sécurité.

Des manifestants avaient de leur côté formé des barrières à l’aide de chariots pour dissuader les clients d’entrer dans le centre commercial, selon la police, qui indiquait ne pas avoir enregistré d’autres incidents en fin d’après-midi.

Le syndicaliste a indiqué avoir eu recours à un huissier de justice et à deux inspecteurs du travail pour faire « constater des irrégularités » dans cette ouverture de l’hypermarché avec caisses automatiques et agents de sécurité, mais sans aucun salarié de l’enseigne de distribution.