Intempéries dans le Sud : Comment l'aéroport Marseille Provence lutte contre le risque d'inondation

METEO L’aéroport Marseille Provence a déjà été inondé dans son histoire, et se trouve dans une zone (en partie) inondable. Mais les risques sont faibles, et bien maîtrisés, selon différentes sources

Jean Saint-Marc

— 

L'aéroport Marseille Provence est collé à l'Etang de Berre et se situe près d'un ruisseau parfois impétueux, la Cadière (photo d'archives).
L'aéroport Marseille Provence est collé à l'Etang de Berre et se situe près d'un ruisseau parfois impétueux, la Cadière (photo d'archives). — P. Magnien / 20 Minutes
  • L’aéroport Marseille Provence se situe en zone inondable, mais ce risque semble bien maîtrisé.
  • Il pourrait y avoir au maximum 20 centimètres d’eau sur les pistes, estime la direction départementale des territoires et de la mer.
  • Dans ce cas, les vols seraient retardés ou détournés vers d’autres aéroports.

« Les eaux généralement calmes de l’Etang de Berre », « les terrains alluviaux absolument plats » et situés « non loin de Marseille » : autant « d’avantages naturels », selon le géographe Louis François, pour faire de Marignane « un grand port aérien. » Il écrivait ces lignes en 1929, six ans après la construction de l’aéroport. Dans ce court texte, aucune mention de la Cadière, petit ruisseau parfois tempétueux. Il passe à moins d’un kilomètre de ce qui est, aujourd’hui, l’extrémité sud-est de l’aéroport. Le 1er décembre dernier, il est subitement sorti de son lit.

« Même une crue d’une telle ampleur, une crue qui n’arrive que tous les cinq ou dix ans, la Cadière n’a pas débordé sur l’aéroport. C’est rassurant », estime le météorologue Paul Marquis, du site e-meteoservice. Mais dans le passé, l’aéroport a déjà été inondé, a appris 20 Minutes.

Au moins une inondation dans l’histoire

« De mémoire de collaborateurs, c’est déjà arrivé, au moins une fois, mais c’était avant que les mesures actuelles de prévention aient été mises en place », dit-on à l’aéroport, sans pouvoir indiquer une date précise. Aujourd’hui, la zone aéroportuaire est identifiée comme « lit majeur » dans l’atlas des zones inondables de la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dreal). Cela correspond au lit du cours d’eau « en cas de crues rares ou exceptionnelles. »

L'aéroport de Marseille se situe en zone inondable.
L'aéroport de Marseille se situe en zone inondable. - Capture d'écran / Dreal

« Certaines zones de l’aéroport sont inondables, d’autres non, nuance notre source au sein de l’aéroport. Ce risque est pris en charge, évidemment : il y a des bassins de rétention et des fossés suffisamment profonds pour permettre l’évacuation des eaux de pluie ou des eaux qui viendraient d’inondations. »

Au maximum 20 centimètres d'eau sur les pistes

Pendant les épisodes méditerranéens ou par mauvais temps, des agents sont chargés de suivre en temps réel le niveau d’eau sur la zone, afin, en cas d’inondation, de retarder ou dérouter les vols vers d’autres aéroports. Car « la direction départementale des territoires et de la mer (DDTM) identifie bien des écoulements venant de la Cadière entrant au niveau du bout des pistes à l’Est, sur une largeur d’environ 300 mètres », écrit la préfecture des Bouches-du-Rhône à 20 Minutes.

Là non plus, pas de quoi paniquer : selon cette même source, l’étude hydraulique réalisée dans le cadre du projet de rénovation de l'aéroport conclut qu’il pourrait avoir « au maximum 20 centimètres d’eau sur les pistes du fait des débordements de la Cadière pour la crue centennale. Et pas d’eau sur les bâtiments. »

La Cadière est régulièrement entretenue : selon un élu local, lui aussi anonyme, « des aménagements ont été faits au lit de la Cadière, des empierrements notamment, pour renforcer les berges. Ils ont grandement amélioré les choses et limité les risques. » A la mairie de Marignane, un porte-parole s’enthousiasme : « Vous l’aurez compris, la Cadière ne risque pas d’engloutir l’aéroport ! »