Phishing : Les arnaques lors de la réception de colis se multiplient à l’approche des fêtes de fin d’année

ESCROQUERIE Certains usagers ont reçu ces dernières semaines des courriels frauduleux demandant le paiement de droits et taxes pour un colis via un faux site du service des douanes

H. B.

— 

Illustration d'un colis.
Illustration d'un colis. — PureStock/SIPA

En cette période d’effervescence avant les fêtes de fin d’année, gare aux arnaques !  Les services des douanes mettent en garde les internautes contre des tentatives d’hameçonnage ou de phishing, une technique qui consiste à envoyer des messages trompeurs afin d’attirer la victime sur un site Web frauduleux pour lui soutirer de l’argent.

Certains usagers ont reçu ces dernières semaines des courriels frauduleux demandant le paiement de droits et taxes pour la réception d’un colis via un faux site http://douane.gouv.fr.

Faux mail et faux SMS

Des personnes malintentionnées piègent des internautes, leur faisant croire qu’ils ne pourront pas recevoir leurs colis s’ils ne s’acquittent pas de droits de douane ou de taxes supplémentaires pour être livré.

Ces arnaques se présentent sous deux formes, par mail et par SMS. Grâce à des données récupérées en ligne ou piratées, ces escrocs intègrent des informations personnelles sur l’internaute et le redirigent via un lien vers un faux site reprenant le design de véritables plateformes officielles, comme celle des douanes, mais aussi celles de transporteurs comme DHL, Colissimo, FedEx ou UPS.

Un exemple de courriel frauduleux.
Un exemple de courriel frauduleux. - Douane.gouv.fr

Ces sites frauduleux intègrent également des formulaires de paiement, où la victime est incitée à renseigner ses coordonnées bancaires.

Signalement sur Pharos

Pour éviter de se faire arnaquer, il est fortement conseillé de ne jamais se rendre sur un site Web proposé par mail ou SMS, si le message n’indique pas clairement le numéro de colis associé.

Si vous pensez avoir été victime d’une escroquerie par phishing, vous pouvez faire un signalement sur la plateforme « Pharos ».