Eric Zemmour jugé en janvier pour des propos sur l'islam et l'immigration

JUSTICE Dans son intervention à une « Convention de la droite » organisée par des proches de Marion Maréchal, il s’en était pris, entre autres, aux immigrés « colonisateurs » et à « l’islamisation de la rue »

20 Minutes avec AFP

— 

Eric Zemmour à la «Convention de la Droite» à Paris, le 28 septembre 2019.
Eric Zemmour à la «Convention de la Droite» à Paris, le 28 septembre 2019. — Olivier Coret/SIPA

Le polémiste Eric Zemmour doit être jugé le 22 janvier devant le tribunal correctionnel de Paris pour une virulente charge contre l’immigration et l’islam prononcée fin septembre lors d’une « Convention de la droite », a-t-on appris mardi de source proche du dossier, confirmant une information du Parisien.

Le journaliste est cité à comparaître par le parquet de Paris pour « injure publique à caractère racial » et pour « provocation publique à la haine raciale », a précisé cette source. Eric Zemmour devra répondre des propos prononcés le 28 septembre lors de cette « Convention de la droite » organisée par des proches de l’ex-députée d’extrême droite Marion Maréchal.

Dans son intervention, diffusée en intégralité et en direct sur LCI, il s’en était pris, entre autres, aux immigrés « colonisateurs » et à « l’islamisation de la rue ». « En France, comme dans toute l’Europe, tous nos problèmes sont aggravés – je ne dis pas créés – par l’immigration : école, logement, chômage, déficits sociaux, dette publique, ordre public, prisons, qualifications professionnelles, urgences aux hôpitaux, drogue… Et tous nos problèmes aggravés par l’immigration sont aggravés par l’islam. C’est la double peine », avait également déclaré Eric Zemmour.

Polémiques à répétition

Quelques jours après le tollé suscité par ses propos, le parquet de Paris avait annoncé l’ouverture d’une enquête. « Lorsque nous avons été entendus [par les enquêteurs], nous n’avons jamais pu déterminer quels sont les passages des discours qui lui étaient reprochés », s’est étonné l’avocat d’Eric Zemmour, Me Olivier Pardo. « Nous avons appris par les médias cette convocation alors que ni moi ni mon client n’avons reçu cette citation », a-t-il ajouté. « Dans les 10 affaires concernant M. Zemmour » pour des propos contestés, « nous avons obtenu huit relaxes », a assuré l’avocat. « Il ne faudrait donc pas que le parquet confonde précipitation et respect de la procédure ».

Mi-octobre, Eric Zemmour est devenu la vedette de Face à l’info, une émission quotidienne de CNews. Dans ce programme, plusieurs de ces interventions ont suscité des polémiques. Le 3 décembre, le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a d’ailleurs adressé une mise en demeure à la chaîne d’info du groupe Canal+, pour des déclarations d’Eric Zemmour sur l’islam et la colonisation de l’Algérie.

Mi-septembre, le polémiste était définitivement condamné, après le rejet de son pourvoi en cassation, à 3.000 euros d’amende pour provocation à la haine religieuse après des propos anti-musulmans tenus cette fois en 2016, dans l’émission C à vous sur France 5. Dans cette dernière affaire, son avocat a intenté un recours devant la Cour européenne des droits de l’homme.