Violences dans les manifestations : « Même avec la peur de me prendre un tir de LBD, je continuerai à me mobiliser »

VOUS TEMOIGNEZ A la veille d’une nouvelle journée de mobilisation interprofessionnelle contre la réforme des retraites, de nombreux lecteurs confient leur peur d’aller manifester à causes des violences qui émaillent les cortèges

Thibaut Le Gal

— 

Un homme pris en chargelors d'une manifestation.
Un homme pris en chargelors d'une manifestation. — SEBASTIEN SALOM GOMIS/SIPA
  • Ces derniers mois, des violences ont souvent émaillé les mobilisations.
  • Selon un décompte du ministère de l’Intérieur fin novembre, 2.500 manifestants et 1.800 membres des forces de l’ordre ont été blessés depuis le début du mouvement des « gilets jaunes ».
  • « 20 Minutes » a interrogé ses lecteurs pour savoir s’ils avaient peur d’aller manifester, à la veille de la nouvelle journée de grève nationale organisée ce mardi.

« La peur s’est installée. J’avais du respect pour les forces de l’ordre auparavant, mais ça s’est envolé. Je vais maintenant aux manifestations la peur au ventre, peur de me faire tabasser, fracasser le crâne ou perdre un œil ». Karine, 50 ans, a participé à plusieurs mobilisations cette année. Comme elle, de nombreuses personnes dénoncent les violences ayant émaillé les cortèges ces derniers mois. L’ ONU, le Parlement européen, et le Conseil de l'Europe ont d’ailleurs alerté sur la stratégie du maintien de l’ordre.

Selon un décompte du ministère de l’Intérieur fin novembre, 2.500 manifestants et 1.800 membres des forces de l’ordre ont été blessés depuis le début des gilets jaunes. Dans ce contexte, et à la veille de la nouvelle journée de mobilisation contre la réforme des retraites organisée ce mardi, 20 Minutes a lancé un appel à témoignages, pour savoir si ses lecteurs avaient peur de manifester en raison de ces violences.

Peur de la police plus que des black blocs

Depuis plusieurs mois, les cortèges sont le lieu d’affrontements entre policiers et black blocs. Mais sur la centaine de messages reçue, la quasi-totalité pointe du doigt l’attitude des forces de l’ordre plutôt que celle des personnes masquées. « Évidemment que j’ai peur, pour moi et pour mes parents, souffle Fabien. Dans les manifestations, j’ai toujours fait attention. Avant, je me tenais loin des personnes avec des capuches, habillées en noir, alcoolisées. Maintenant, la première chose que je regarde, c’est où se trouve la police et je me tiens le plus loin possible d’elle. C’est devenu un réflexe, notamment depuis une manifestation à Nîmes où des gens se sont fait gazer et une mamie a été blessée au visage. Je n’ai plus aucune confiance ».

Même défiance chez Aymeric. « Les black blocs cassent les banques, s’en prennent au mobilier urbain et aux flics. Il suffit de les éviter. Les policiers en revanche me font peur. Lorsqu’ils reçoivent un projectile, ils ripostent au hasard, et tant pis pour le malheureux manifestant ou badaud qui se trouve là ». Clovis nuance : « Le bon déroulement d’une manifestation dépend de l’état d’esprit du cortège ».

« Les blessures que l’on voit sont parfois dignes de blessures de guerre »

De nombreux internautes accusent plus directement les policiers de violences. Pauline, 27 ans : « Le 16 mars à Paris, j’essayais de protéger une dame blessée par un flash-ball, on faisait un cordon de sécurité pour protéger les medics, et la BAC [brigade anti-criminalité] est venue nous dégager à coups de matraque. Lors d’une autre manifestation, en février, j’étais dans la foule et j’ai pris une grenade lacrymo sur le crâne. J’en garde d’ailleurs une bosse sur le front ». La « gilet jaune » d’Amiens (Picardie) reste pourtant mobilisée. « On y va toujours avec la crainte, l’esprit pas serein. On n’est pas à l’abri d’être gravement blessé, par un tir de LBD ou un pavé, car ça peut venir des deux côtés ».

« Avec les colonnes de CRS à l’arrêt, on trouve moyen de discuter, constate Loïc, street medic de Lorraine. Certains nous ont même protégés avec leurs boucliers pour évacuer une dame qui faisait une crise de panique, mais d’autres abusent de la violence et me font peur, notamment au sein de la Brav [brigade de répression de l’action violente] ». L’infirmier de 23 ans raconte sa crainte lorsqu’il couvre des manifestations. « Le climat des cortèges a changé. Le 16 novembre, j’étais en train de m’occuper d’une personne en détresse respiratoire place d’Italie, lorsque à une vingtaine de mètres, un jeune journaliste indépendant a été blessé au visage par un tir de grenade… J’ai également vu une main arrachée l’année dernière. Les blessures que l’on voit ne sont pas de petites écorchures mais parfois dignes de blessures de guerre ».

L’utilisation des LBD et l’IGPN très critiquées

Ces blessures, dont les images sont relayées massivement sur les réseaux sociaux, incitent même certains internautes à rester chez eux le jour des mobilisations. La peur d’être touché à l’œil par un tir de LBD est souvent citée. « J’ai participé aux premières manifestations de "gilets jaunes", mais comme beaucoup je n’y vais plus. J’ai vu des personnes perdre un œil à côté de moi, je suis complètement effrayé rien que d’y penser », avance ainsi Florian. « Aller manifester aujourd’hui c’est risquer de devenir infirme à cause de la police », déplore Guillaume.

Une étude menée auprès des CHU de France et publiée dans la revue médicale britannique The Lancet, fait état de 25 cas de blessures oculaires en 2018 et 15 sur la période étudiée en 2019. « Les nombreux témoignages de manifestants pacifiques, qui se font charger ou viser par des tirs de LBD ou de grenades me font clairement rester chez moi », confie Pierre. « D’autant que certains corps de police semblent avoir carte blanche ».

Plusieurs témoignages accusent la police de couvrir ce qu’ils considèrent comme des bavures. « L’IGPN semble couvrir ces actes et tourner au ralenti lors des enquêtes. Dans un pays démocratique, c’est très inquiétant », critique Alessandro. Au total, 372 procédures judiciaires ont été enregistrées en France après des plaintes contre des forces de l’ordre, selon un décompte mi-novembre du ministère de la Justice* : 109 ont été classées sans suite et 29 ont fait l’objet de l’ouverture d’une information judiciaire. Trois renvois en correctionnelle de fonctionnaires – dont un CRS jugé à Paris – ont été ordonnés.

Malgré tout, certains, comme Aurélie, continueront à battre le pavé ces prochains jours. « Même avec la peur de se prendre un tir de LBD, une grenade, ou du gaz à n’en plus pouvoir respirer, je continuerai à me mobiliser », assure l’habitante de Sens (Yonne). Jean-Paul, retraité de 62 ans, affirme d’ailleurs se sentir davantage en sécurité dans les cortèges contre les retraites, « grâce à l’expérience des syndicats et à leur service d’ordre ». Roland, 65 ans, n'est pas aussi rassuré. « Je continuerai à manifester malgré tout, avec la peur au ventre ».