VIDEO. Noël : On a testé le furoshiki avec une experte de cet emballage cadeau zéro déchet

TUTO Comment emballer un cadeau sans papier ni bolduc ? Petite démonstration avec le furoshiki

Julie Urbach

— 

Illustration de la technique du furoshiki
Illustration de la technique du furoshiki — J. Urbach/ 20 Minutes
  • Le furoshiki est une ancienne technique japonaise qui consiste à remplacer les divers emballages jetables par du tissu.
  • Depuis dix ans, la Nantaise Aurélie Le Marec dispense des formations et ateliers pour promouvoir ce savoir-faire.

Elle s’est lancée il y a dix ans, et passait à l’époque pour « un ovni ». Aurélie Le Marec, une Nantaise de 44 ans, se mobilise depuis longtemps pour que les fêtes de fin d’année ne riment plus avec montagnes de papiers cadeaux déchirés. Pour ce faire, cette mère de famille de Pont-Saint-Martin a créé en 2009 l’ Atelier du Furoshiki et a déjà transmis sa passion à quelque 10.000 personnes via des formations et des ateliers, qu’elle organise partout en France.

Cette fan de culture asiatique a même écrit deux livres sur cette étonnante technique traditionnelle japonaise qui consiste à remplacer les divers emballages jetables par du tissu. Une méthode qui monte en puissance depuis quelques années, avec la mode du zéro déchet

Des pliages et des nœuds

Pour se lancer, il faut juste un peu d’habileté. Et pour le matériel, pas besoin de se prendre la tête. « On peut prendre n’importe quel bout de tissu, explique Aurélie Le Marec. L’idéal est qu’il soit carré, par exemple de 70x70cm. Ça peut être un vieux foulard en soie, un paréo, une toile un peu plus épaisse… Au Japon, il y a des codes couleur selon l’occasion, mais en France on peut tout se permettre en coloris ou en motifs… Il y a l’embarras du choix ! »

Ensuite, place aux pliages et aux nœuds. L’idée, c’est que le tissu s’adapte à l’objet, que ce soit une forme simple ou plus complexe. « Le plus important c’est de maîtriser le nœud plat, un double nœud bloquant, indique Aurélie Le Marec. Ensuite, c’est une gymnastique avec les formes, grâce à quelques principes à connaître : par exemple, on plie souvent un carré en deux pour le transformer en triangle… » Le mieux pour ne pas se tromper est de suivre l’un des nombreux tutos disponibles en ligne. Il en existe aussi pour réaliser de petits sacs.

Pas besoin de ciseau ni de scotch

Pour emballer une boîte, la technique s’approche finalement de celle d’un paquet cadeau. Mais pas besoin de ciseau, de scotch ou de bolduc… Il suffit de rabattre le tissu puis de nouer les pointes. Quand on maîtrise la technique, il ne faut que quelques secondes pour le réaliser (même nous, on a réussi). Et avec de l’expérience, c’est vrai que le rendu est plutôt joli. « Ça peut être beaucoup plus classe qu’un cadeau emballé dans du journal ou du papier de mauvaise qualité, estime Aurélie Le Marec. C’est important un beau paquet, ça reflète l’intention que l’on a de faire plaisir à une personne. »

Alors que la technique, créée au VIIIe siècle, revient en force chez les Japonais, Aurélie Le Marec espère que la tendance s’amplifiera en France. « L’idéal serait que de grandes marques s’en emparent pour le démocratiser, dit-elle. Un peu comme le tote bag, même si le furoshiki demande un petit effort supplémentaire, c’est sûr. Mais on peut imaginer tellement de choses avec ! » Ça y’est vous êtes convaincus ? Voici un dernier petit conseil : « Une fois offert, on peut soit laisser le furoshiki en deuxième cadeau soit le reprendre… Il faut faire ça naturellement, selon sa sensibilité. »