Grève du 5 décembre : Enquête ouverte après la diffusion d’une vidéo montrant une personne frappée par des policiers

VIOLENCES Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour « violences par personnes dépositaires de l’autorité publique » et l'IGPN a été saisie

M.P.

— 

A Paris, un cortège de manifestants à la grève générale du 5 décembre contre la réforme des retraites.
A Paris, un cortège de manifestants à la grève générale du 5 décembre contre la réforme des retraites. — Zakaria ABDELKAFI / AFP

Après la diffusion d’une vidéo montrant une personne frappée par deux policiers, le parquet de Paris a ouvert, ce vendredi, une enquête pour « violences par personnes dépositaires de l’autorité publique ». Selon France Info, l’enquête a été confiée à l’Inspection générale de la police nationale ( IGPN).

La vidéo a été postée par le photoreporter indépendant Nnoman Cadoret, qui couvrait, jeudi à Paris, la manifestation contre la réforme des retraites pour Reporterre, et a été depuis largement relayée sur les réseaux sociaux. On y voit une personne à terre devant le 5 boulevard de Magenta, selon France Info, frappée plusieurs fois par des policiers faisant usage d’une matraque téléscopique. Les deux agents des forces de l’ordre lui donnent également des coups de pied avant de partir en courant.

Plusieurs habitants ont confirmé « le niveau de tension sur ces lieux »

Nnoman Cadoret a expliqué à France Info que ces images avaient été filmées à 15h58 et qu’il a vu la personne frappée se relever et partir, sans savoir s’il s’agissait d’un homme ou d’une femme, ni si elle avait été blessée. Toujours selon nos confères de France Info, la scène se serait produite après une charge policière pendant laquelle « des gens ont tenté de se réfugier dans la cour de l’immeuble » du 5 boulevard de Magenta. « J’imagine que cette personne [que l’on voit être frappée] a essayé de se réfugier et a trébuché avant », a précisé le photojournaliste.

De son côté, France Info a pu consulter des vidéos filmées à la même heure par des habitants du 5 boulevard de Magenta et souligne que ces derniers ont confirmé « le niveau de tension sur ces lieux ». Les riverains, tout comme Nnoman Cadoret, décrivent des tirs de grenades, des « échanges de projectiles », des casseurs dégradant un Franprix ou des feux sur le boulevard, des dégradations de vélos ou de trottinettes et des jets « d’objets sur la police ». Le tout avant que les forces de l'ordre ne charge. Reste à l’enquête de déterminer ce qui s’est précisément passé, jeudi à Paris, devant le 5 boulevard de Magenta, lors de la manifestation contre la réforme des retraites.