« Gilets jaunes », acte 56 : Le samedi noir annoncé n'a pas eu lieu ... Quelques incidents en régions ...

LIVE Revivez le samedi de mobilisation des « Gilets jaunes » sur fond de grève contre la réforme des retraites

J.-L. D. et R. G-.V.

— 

La mobilisation contre la réforme des retraites en France
La mobilisation contre la réforme des retraites en France — 20 minutes - Slideshow

L'ESSENTIEL : 

  • Deux jours après le début de la grève illimitée contre la réforme des retraites, les « gilets jaunes » devraient défiler ce samedi à Paris à l’occasion de « l’acte 56 » de leur mouvement.
  • Selon le site alternatif Démosphère, qui relaie la déposition de manifestation des « gilets jaunes », une manifestation est prévue en fin de matinée à Paris entre Bercy et la porte de Versailles, en passant par la gare d’Austerlitz et la place Denfert-Rochereau.
  • Peu d’informations filtrent toutefois sur l’ampleur de la mobilisation et les actions prévues pour cette journée, les « gilets jaunes » ayant délaissé les réseaux sociaux pour s’organiser au profit de boucles sur des messageries cryptées.

LA VIDEO : 

A LIRE AUSSI : 

 

19 h 35 : C’est la fin de ce live, merci de l’avoir suivi sur 20 Minutes

Et bon courage ce soir et demain pour les transports !

18 h 05 : La police massivement sur les lieux

 

Des gaz lacrymogènes auraient déjà été utilisés

 

17 h 55 : Pendant ce temps, les « gilets jaunes » font un tour aux Halles

Manière de conclure l’acte 56 dans ce lieu commerçant.
 

 

17 h 45 : Lundi noir en vue aussi pour le réseau RER

 

« Lundi, le nombre de trains en IDF ne permettra pas d’accueillir le nombre de clients habituel : max de 4 trains/h sur certains RER au lieu de 20 trains/h. L’affluence en gare sera donc très dangereuse. SNCF demande à ceux qui le peuvent d’annuler leurs déplacements », prévient le groupe sur Twitter.

 

17 h 40 : Des prévisions peu rassurantes pour lundi de la part de la RATP

 

Si vous avez découvert le vélo-taff ou la marche à pied cette semaine, ce sera l’occasion de continuer. La RATP s’est lancée dans des "estimations" pour lundi. Si les informations sont susceptibles de changer, on partirait pour l’instant sur un total de dix lignes fermées. Les lignes 1 et 14 fonctionneraient normalement et les lignes 4 et 7 auraient un trafic extrêmement perturbé (avec un train sur trois et plusieurs stations fermées). Les lignes 8 et 9, elles, ne seraient ouvertes qu’en heures de pointe (6 h 30-9 h 30 et 16 h 30-19 h 30).

17 h 25 : 2.800 personnes à Nantes, 1.800 à Marseille

Selon les préfectures de police locales. Au moins trois arrestations ont eu lieu à Nantes.

17 h 10 : La SNCF annonce à son tour un trafic très perturbé 

Un TGV sur six, un Ouigo sur six, un transilien sur six, un intercités sur dix et un TER sur dix. 

 

17 h 05 : La RATP annonce un trafic très perturbé ce dimanche

Les lignes 1 et 14 du métro parisien, automatiques, seront les seules à fonctionner normalement. Toutes les es autres seront fermées. Le RER A est à l'arrêt sur la liaison. St-Germain et Boissy St Léger / Marne la Vallée / Chessy. Un seul RER B sur trois circulera de 12 heures à 18 heures depuis Massy-Palaiseau et Robinson.

16 h 55 : Le samedi noir n’a pas eu lieu

1.000 « gilets jaunes » à Paris, peu d’incidents, le samedi noir annoncé n’a pas eu lieu… On aura juste eu le temps de faire ce jeu de mots « la fièvre du samedi noir ».

16 h 50 : Quelques images des incidents nantais

 

 

16 h 45 : Fortes tensions à Nantes, deux arrestations
Plus d’un millier de personnes défilent ce samedi à Nantes contre la réforme des retraites et la précarité, lors d’une manifestation tendue marquée par des heurts entre forces de l’ordre et manifestants.

La manifestation, dont le départ était fixé à 14 h 00, à « la croisée des trams », a commencé à dégénérer après 15 h 00 quand des manifestants ont commencé à attaquer la préfecture en jetant des projectiles, bouteilles et pavés, les forces de l’ordre ripostant par des tirs de lacrymogène.

Il y eu au moins deux arrestations et la manifestation se déroule en présence d’un important dispositif policier. De nombreux « black blocks » et manifestants aux visages masqués et encapuchonnés sont présents dans le cortège. Des manifestants non identifiés ont ensuite bloqué une rue du centre, volé des parasols sur une terrasse, des planches de bois et des chaises, qu’ils ont lancés sur les CRS.

Plusieurs vitrines, abribus, du mobilier urbain, ont été saccagés et à 16 h 00 un important nuage de lacrymogène était visible au niveau du « Miroir d’eau » où les forces de l’ordre cherchaient à repousser les manifestants.

16 h 30 : La Préfecture de Paris fait de nouveau fermer les commerces sur le parcours mardi

Comme jeudi dernier, le préfet Didier Lallement, a pris un arrêté obligeant les commerces et établissements situés sur le parcours – de la place Vauban (7e) à la place Denfer-Rochereau (14e)- à fermer le temps de la manifestation.

Il demande également aux propriétaires ou gérants de prendre des « moyens de protection de leurs établissements contre les dégradations et les pillages », de fermer leurs terrasses et d’enlever tous les objets et mobiliers qui pourraient servir de projectiles.

Le stationnement est également interdit sur le parcours du cortège.

16 h 15 : Pour Philippe Martinez, le gouvernement « fait tout pour que les grèves durent »

« Le Premier ministre avait besoin de resserrer les boulons parce qu’il y a une vraie cacophonie au niveau gouvernemental », a estimé devant la presse le dirigeant cégétiste, en tête d’un cortège qui rassemblait entre Montparnasse et Invalides plusieurs centaines de personnes.

Edouard Philippe, qui présentera mercredi en détail la réforme des retraites, a « parlé hier (vendredi) pour préciser un certain nombre de choses mais sur le fond » il « n’a pas dit qu’il retirait son projet », a déploré le numéro un de la CGT.

« Il fait tout pour que la mobilisation et les grèves durent. La mobilisation de jeudi, je pense que le gouvernement a mesuré que c’était vraiment assez exceptionnel », « au-dessus des premières (journées) de 1995, ça devrait leur parler », a-t-il dit.

16 h 00 : Un millier de « gilets jaunes » à Paris, quelques tensions
 

Environ un millier de « gilets jaunes » manifestent dans le sud de Paris dans une ambiance émaillée de quelques tensions et sous haute surveillance policière.

 

Peu après 14 h 00, au niveau de l’avenue du Maine, dans le quartier de Montparnasse, des incidents entre manifestants et policiers ont brièvement perturbé le cortège qui voulait dévier de l’itinéraire déclaré en préfecture pour cet acte 56.

 

Non loin de l’endroit où ils ont voulu dévier du parcours prévu, se tenait au même moment une manifestation contre le chômage et la précarité, traditionnellement organisée chaque premier samedi de décembre. Un groupe de manifestants a tenté de forcer un barrage des gendarmes mobiles, qui les ont repoussés avec leurs boucliers et des grenades lacrymogènes.

Quelques autres tirs de gaz lacrymogènes se sont ensuite produits en tête de cortège.

Une personne a été évacuée sur une civière par des « street medics », sans que l’on connaisse dans l’immédiat la gravité de sa blessure.
 

Rejoints par des étudiants, des militants antifascistes et des syndicalistes de la CGT, les manifestants avaient progressé jusque-là dans le calme depuis leur départ de Bercy en fin de matinée, criant les slogans habituels de ce mouvement social né le 17 novembre 2018 : « Macron démission », « Tout le monde déteste la police »…

15 h 50 : Le chant du journaliste 

 

15 h 35 : Les « gilets jaunes » priés de se disperser

 

L’ordre a été donné aux « gilets jaunes » de se disperser au niveau du boulevard Lefebvre (15e arrondissement).

 

15 h 20 : Un arrêté en avance pour le 10 décembre

​Didier Lallement, préfet de police de Paris, a un peu d’avance sur le programme et a pris un arrêté interdisant tout rassemblement « de personnes se revendiquant des gilets jaunes » sur les Champs-Elysées pour le mardi 10 décembre, journée de mobilisation interprofessionnelle contre le projet de réforme des retraites.

 

15 h 15 : Kery James présent à « la marche des daronnes » demain

Après Nekfeu qui avait récemment participé à une manifestation politique, c’est un autre rappeur, connu pour son engagement politique, qui va manifester. Dimanche 8 décembre, Kery James participera à « la marche des daronnes », un an après l’arrestation de 151 jeunes dans un lycée de Mantes-la-Jolie dans les Yvelines, dont les images de jeunes à genoux les mains derrière la tête avaient choqué l’opinion.

 

15 h 10 : Des manifestations « gilets jaunes » aussi en région

Avec ici des images de Bordeaux

 

15 h 00 : La manifestation contre la précarité de la CGT en cours

On vous avait prévenu qu’on aurait une après-midi animée

 

14 h 55 : Journée d’échauffement pour Jean-Luc Mélenchon

Le leader de la France Insoumise, présent à la manifestation à Marseille, voit cette mobilisation de samedi comme un entraînement pour mardi, où un mouvement interprofessionnel aura lieu : « C’est une bonne préparation à la journée du 10 décembre, où nous devons être très nombreux », a-t-il déclaré.

14 h 50 : Le cortège des journalistes pigistes avance dans le calme

 

14 h 45 : Jean-Luc Mélenchon appelle les manifestants à la « stricte non-violence »

Le leader de la France Insoumise a tenu une courte conférence de presse sur le Vieux Port. Il appelle à la mobilisation mais invite à la plus stricte non-violence, estimant que le gouvernement se sert de ces images violentes pour décrédibiliser le mouvement.

 

14 h 40 : Des secteurs interdits aux manifestations

On en a l’habitude mais on le répète. Comme chaque samedi, les Champs Elysées, l’île de la cité et autre Matignon sont des lieux interdits pour les manifestations.

 

14 h 30 : Une convergence des luttes compliquée logistiquement parlant

Alors que de nombreux « gilets jaunes » partis de Bercy souhaitaient rejoindre la manifestation de la CGT à Montparnasse contre la précarité, les forces de l’ordre les enjoignent à suivre l’itinéraire de la manifestation.

14 h 20 : Plus d'informations pour ceux que ça intéresse 

 



 

14 h 15 : On continue ce bal des manifestants avec les journalistes pigistes

 

Les journalistes pigistes manifestent également contre la réforme de l’assurance chômage, dont ils considèrent qu’elle va amplifier leurs difficultés de travail. Pour les deux du fond qui ne suivent pas ce passionnant métier qu’est le journalisme, un journaliste pigiste est un journaliste n’étant pas en contrat fixe CDD ou CDI (pour faire simple).



 

14 h 00 : A Paris, étudiants et « gilets jaunes » ensemble à Bercy

A Bercy, les « gilets jaunes » ont été rejoints par des manifestants étudiants. Adieu les arguments « Ouais les étudiants manifestent juste pour ne pas avoir cours ».

 

13 h 45 : C’est l’après-midi, il est temps de profiter du métro parisien

Amis parisiens fêtard du samedi, la courte fenêtre de tir pour profiter de votre week-end est ouverte. De 13 heures à 18 heures, les lignes 3, 4, 7 et 9 sont ouvertes, et ce jusqu’à 18 heures. De même pour le RER A et B.

Attendez-vous quand même à un trafic (très) ralenti et perturbé, certaines stations n’étant pas desservies.

13 h 30 : Les camions étrangers, « cibles » préférées des barrages filtrants

Les barrages filtrants installés par les routiers ciblent particulièrement les véhicules étrangers. « On arrête principalement des camions étrangers, bulgares, tchèques, lituaniens, polonais… On les immobilise 20 minutes et on les laisse repartir », a déclaré à l’AFP Philippe Bonneau, secrétaire général de l’OTRE, de Oissel (Seine-Maritime) où 70 à 100 camions bloquent partiellement un rond-point.

Les routiers français s’estiment désavantagés comparé à leurs concurrents étrangers qui ne contribuent pas à l’entretien des infrastructures routières en France, ni ne respectent la réglementation européenne de cabotage.

 

13 h 15 : Un appel à la grève qui s’étend

​A l’issue également de cette réunion des trois principales fédérations de cheminots, qui a duré 2h30, Erik Meyer, secrétaire fédéral de SUD-Rail (3e à la SNCF), a évoqué « un appel à la grève qui s’étend ». « Il faut que le gouvernement entende cette colère sociale », a-t-il souligné.

 

13 h 00 : Les principaux syndicats de cheminots appellent à amplifier la mobilisation

Les trois premiers syndicats représentatifs à la SNCF, la CGT-Cheminots, l’Unsa ferroviaire et SUD-Rail, ont appelé à amplifier la mobilisation contre la réforme des retraites, à l’issue d’une intersyndicale au siège de la CGT, à Montreuil.

« Nous appelons à la poursuite du mouvement ce week-end et au renforcement du mouvement à partir de lundi pour bien matérialiser auprès du gouvernement que nous voulons le retrait de son projet par points », a déclaré à la presse Laurent Brun, secrétaire général de la CGT-Cheminots, premier syndicat de la SNCF.

« Il faut poser dans toutes les entreprises la question de la grève et de la reconduction de la grève », a-t-il ajouté. Jusqu’aux vacances de Noël ? « On espère que le gouvernement aura répondu avant cette date », mais « les cheminots ne se fixent pas de limites », a-t-il répondu.

12 h 00 : Les « gilets jaunes » se rassemblent près de Bercy

L’heure et le lieu de la manifestation n’ont pas été diffusés sur les réseaux sociaux, tranchant avec la stratégie de communication habituelle.

 

11 h 50 : Lyon ne fait pas le plein pour sa fête des lumières
Les hôtels de Lyon sont loin de faire le plein, alors qu’il est habituellement impossible de trouver une chambre en ville pendant le long week-end de la Fête des lumières, dénoncent samedi les professionnels, qui l’expliquent par l’impact des grèves.

« Globalement, on est entre -10 % et -15 % au niveau des réservations, mais cela peut atteindre -30 % pour certains hôtels », indique Laurent Duc, président national du syndicat professionnel Umih et exploitant d’un établissement à Villeurbanne (banlieue de Lyon).

« Ca fait cinq jours que ça annule », souligne Laurent Duc, qui estime que les pertes de revenus provoquées par le mouvement de contestation contre la réforme des retraites pourraient coûter « deux points de marge » sur l’ensemble de l’année pour les hôteliers locaux.

11 h 40 : Tout savoir sur l’opération des routiers

Quinze points de blocage sont en cours sur des routes à forte circulation de poids lourds étrangers a précisé à l’AFP Jean-Marc Rivera, délégué général de l’OTRE. Les routiers contre la hausse de leurs taxes sur le gazole, prévue par le gouvernement.

Les blocages, mis en oeuvre à partir de 07H00, sont désormais tous en place depuis 10H30, occasionnant sur certains axes de fortes perturbations notamment en Ile-de-France, sur l’autoroute A7 en Rhône-Alpes, dans la région Occitanie sur l’autoroute A75, dans l’Aveyron et autour de l’agglomération toulousaine, provoquant plusieurs kilomètres de bouchons à plusieurs endroits dans l’hexagone.

Des camions ont notamment bloqué les trois voies de l’autoroute A8 en direction de Lyon au niveau d’Aix-en-Provence, où quatre entrées sur l’autoroute ont été interdites, selon le Centre opérationnel de crise. Un barrage filtrant a aussi été installé sur l'A7 dans le sens Valence-Lyon, à la hauteur de Chasse-sur-Rhône.

Les barrages ayant commencé dès 07H00 du matin devraient être levés en milieu d’après-midi, les autres dureront jusqu’à la fin de journée et cesseront dès la nuit tombée «pour ne prendre aucun risque pour la sécurité», a déclaré le délégué général de l’OTRE.

11 h 30 : Quel est le programme de cette fièvre du samedi noir ?

(Oui, on aime ce jeu de mots).

On ne pas va chômer sur ce live les loulous : A Montparnasse à midi, les syndicats organisent une marche contre la précarité. A Marseille, Toulouse et Lyon, des défiles sont également prévus. Je rajoute à cela les « gilets jaunes » et à 14 heures, une marche journalistique pour les droits des pigistes. Beau programme en perspective donc. 

11 h 20 : 200 « gilets jaunes » aux abords du ministère de l’Economie

 

Selon France Info, 200 « gilets jaunes » se sont rassemblés près du ministère de l’Economie. La situation serait calme pour le moment rapportent nos collègues journalistes.

11 h 15 : Routiers en colère

 

A la très longue liste de profession en colère en ce moment s’ajoutent les routiers. Les chauffeurs de camions mènent des opérations escargots et barrages filtrants sur les autoroutes en France…

11 h 06 : Galère aussi dans les trains de banlieue en région parisienne

La SNCF recommande carrément de ne pas venir en gare.

Il faut dire que vendredi soir, auprès du RER B, la situation était un poil tendue, gare du Nord.

 

10 h 58 : Interdite de manifestation à cause de son fauteuil

La question de la saisie des « armes par destination », des objets qui ne sont pas a priori des armes mais peuvent le devenir si on s’en sert comme tel, fait polémique depuis des mois, autour des manifestations de « gilets jaunes ». La polémique a rebondi après l’interdiction de manifester ordonnée à une « gilet jaune » historique, Odile Maurin, à Toulouse à cause de son… Fauteuil roulant, considéré comme une arme par destination.

 

10 h 43 : Sur les routes, ça va coincer

Une multitude de revendications vont être portées un peu partout en France. Au-delà des retraites, bien sûr, de la réforme de l’assurance chômage, on aura l’occasion d’y revenir, des patrons d’entreprises de transports vont protester contre les taxes sur les carburants. Des camions doivent couper une quinzaine d’axes en France. Béatrice Colin, journaliste à 20 Minutes Toulouse, vous en dit plus dans cet article.

10 h 35 : Dès hier soir, 20 Minutes faisait un point complet sur les prévisions de trafic

C’est à retrouver ici !

 

10 h 27 : Légère, très légère amélioration à la SNCF

Mais ça reste très très faible pour ce samedi.

 

10 h 19 : On va commencer par un petit point trafic RATP

Les niveaux de trafic des métros, trams, bus et RER sont sensiblement le même que jeudi et vendredi. Seul changement : les horaires. Les quelques lignes de métro ouvertes le sont l’après-midi, et pas aux heures de pointe.

 

Bonjour ! Troisième jour de grève contre la réforme des retraites et troisième jour de live pour 20 Minutes. Ce samedi, on va surtout parler précarité, avec une manifestation contre la réforme de l’assurance chômage, et « gilets jaunes ». Ceux et celles-là promettent d’être mobilisées pour leur acte 56. Bienvenue, installez-vous bien, on est ensemble pour un petit moment.