Pourquoi les transporteurs routiers vont-ils bloquer quinze sites en France ce samedi ?

CA VA COINCER Pour dénoncer la hausse de la fiscalité sur le carburant dans le transport routier de marchandises, un syndicat de petits patrons du secteur va bloquer une quinzaine d’axes en France ce samedi

Béatrice Colin

— 

Lors d'une opération escargot sur le périphérique toulousain (Archive).
Lors d'une opération escargot sur le périphérique toulousain (Archive). — A. Gelebart / 20 Minutes
  • L’OTRE, un syndicat de patrons de PME du transport routier, organise des blocages et barrages filtrants sur une quinzaine de métropoles en France.
  • Les patrons de ces entreprises de transport dénoncent un alourdissement de la fiscalité sur le carburant.

Ce samedi, ils vont bloquer plusieurs axes importants des métropoles françaises et mener des opérations de filtrage aux abords des principaux péages autoroutiers. Les transporteurs routiers n’entrent pas avec deux jours de retard dans la mobilisation nationale contre la réforme des retraites. « Quoi que nous soyons aussi concernés », reconnaît  Philippe Chastrusse, le délégué régional Occitanie de l’OTRE.

Cette organisation patronale représentant les PME du secteur a décidé de mobiliser ses troupes contre le projet de loi de finances qui devrait alourdir la fiscalité sur le carburant professionnel du transport de marchandises. Si cet article de loi a été supprimé lors de son passage au Sénat, il devrait refaire surface en deuxième lecture à l’Assemblée nationale, à partir du 10 décembre.

« Cela va entraîner un surcoût de 800 euros par an et par véhicule. Et cela n’aura aucun impact sur les camions étrangers qui font le plein avant de passer nos frontières et ne contribuent aucunement à financer les infrastructures de transport alors qu’Elisabeth Borne s’était engagée à les taxer l’an dernier », insiste ce représentant de la profession.

A Toulouse, 100 à 150 camions attendus

Les transporteurs indiquent ne pas être opposés à débourser de l’argent pour financer les routes qu’ils empruntent tous les jours. « Nous le faisons déjà avec la taxe à l'essieu. Mais nous avons proposé au gouvernement l’éco-contribution, comme une TVA supportée par le donneur d’ordre qui met des produits sur la route, mais le gouvernement a refusé. C’est plus simple de nous taxer », tacle Philippe Chastrusse.

Samedi, il a donné rendez-vous aux autres patrons de PME de sa région à Toulouse. Il attend à Fondeyre, 100 à 150 routiers qui vont se positionner au cours de la matinée au niveau des barrières de péage. Si les voitures seront filtrées, symboliquement, les camions étrangers seront eux bloqués.

Parmi les autres routes bloquées, on trouve l'A1 dans les Hauts-de-France à hauteur de Fresnes dans le Pas-de-Calais, A104 en Ile-de-France au niveau de Lésigny (Seine-et-Marne), l'A8 à Aix-en-Provence, l'A6 après le péage de Limas (Rhône) ou l'A7 à hauteur de Chasse-sur-Rhône.