Inondations dans le Sud-Est : Emmanuel Macron rend hommage aux trois sauveteurs décédés

DRAME Les trois sauveteurs sont morts dans le crash de leur hélicoptère, dans la nuit de dimanche à lundi, au nord de Marseille

20 Minutes avec AFP

— 

Emmanuel Macron à la base de Nîmes, dans le Gard.
Emmanuel Macron à la base de Nîmes, dans le Gard. — SYLVAIN THOMAS / POOL / AFP

Emmanuel Macron a rendu hommage ce vendredi aux trois secouristes tués dans un accident d’hélicoptère dans la nuit de dimanche à lundi en partant secourir des victimes d’intempéries dans le Var. « Victimes du choix si noble et si élevé de consacrer leur existence au secours, (ce sont) trois hommes qui sauvaient des vies, leur épitaphe pour l’éternité », a ajouté le chef de l’Etat, devant les trois cercueils couverts chacun d’un drapeau tricolore, lors d’une émouvante cérémonie organisée sur le tarmac de la base d’hélicoptères de la Sécurité civile de Nîmes-Garons (Gard).

Jean Garat, pilote d’hélicoptère à la Sécurité civile, 40 ans, Michel Escalin, mécanicien à la Sécurité civile, 47 ans, et Norbert Savornin, sapeur-pompier des Bouches-du-Rhône, 44 ans, ont perdu la vie dans la chute de leur appareil dans la nuit de dimanche à lundi, alors qu’ils venaient de décoller de la base de Marignane (Bouches-du-Rhône). L’hélicoptère s’est écrasé dans le massif de la Nerthe, au nord de Marseille, sur la commune des Pennes-Mirabeau, pour une raison encore inconnue. L’enquête a été confiée à la gendarmerie du transport aérien.

En présence d’une personne secourue par cette équipe

Après son discours, le chef de l’Etat devait décorer à titre posthume les trois hommes de la Légion d’honneur, devant quelque 1.500 personnes, dont des élus des 200 communes touchées par les intempéries lors de deux épisodes méditerranéens récents qui ont fait 13 morts au total.

Parmi ces nombreux invités, l’un d’entre-eux, Alain Bourdon, était particulièrement touché. Ce quadragénaire a été sauvé dimanche après-midi à Pertuis (Vaucluse) après avoir été hélitreuillé par Norbert Savornin. « Je vois encore son regard », répétait-il encore vendredi, avant le début de la cérémonie.