Lyon : Une Fête des lumières solidaire pour les enfants scolarisés et sans toit

URGENCE SOCIALE Selon le collectif Jamais sans toit, 169 enfants et leurs familles sont sans toit dans la métropole de Lyon, où une dizaine d’écoles sont occupées pour les mettre à l’abri

Elisa Frisullo

— 

Des enfants à la rue avec leurs familles aidés par le collectifs Jamais sans toit à Lyon. Illustration.
Des enfants à la rue avec leurs familles aidés par le collectifs Jamais sans toit à Lyon. Illustration. — Jeff Pachoud/ AFP
  • Une Fête des lumières solidaire est organisée à Lyon par plusieurs comités de soutien aux écoliers scolarisés et sans toit.
  • Selon les collectifs mobilisés, 169 enfants et leurs familles sont à la rue dans la métropole de Lyon.
  • Les initiatives prévues en pleine Fête des lumières ont pour objectif de sortir de l’ombre ces enfants.

Ils veulent mettre en lumière l’urgence sociale dans laquelle des dizaines d’enfants et leurs familles, restées dans l’ombre, sont plongées. Alors que des centaines de milliers de personnes sont attendues dans les rues de Lyon dans le cadre de la Fête des lumières, plusieurs écoles se mobilisent pour mettre l’humain au cœur des festivités.

Soutenus par le collectif Jamais sans toit, des familles et enseignants organisent «une fête des lumières solidaire» pour soutenir les nombreux enfants de la métropole et leurs familles, scolarisés mais privés de toit. «Alors que la ville de Lyon s’apprête à accueillir des milliers de touristes pour les illuminations, des centaines d’enfants sans toit vivent une saison en enfer, condamnées à dormir dehors. Les comités de soutien aux enfants sans toit ont donc imaginé une fête des lumières solidaire afin de faire la lumière sur ces situations dramatiques», souligne le collectif.

Goûter, fresque, soupe solidaire

Selon les comités de soutien, 169 enfants sont privés d’hébergement dans la métropole en ce début décembre, et une dizaine d’écoles encore mobilisées pour en mettre à l’abri 50, avec leurs familles. Des situations dramatiques qui s’expliquent, selon le collectif, par le manque de places au sein du dispositif de renfort hivernal, et l’absence «de volonté politique de trouver une solution pérenne à cette situation récurrente».

Pour mettre en lumière ces familles, l’école Audrey Hepburn (9e), occupée depuis le 18 novembre pour héberger 6 enfants et leurs parents, réalisera une fresque à partir de 17 heures ce vendredi. L’école Michel-Servet (1er), dont l’occupation a été levée le 3 décembre après l’hébergement par l’État des familles qui dormaient dans le gymnase de la maternelle depuis un mois, prévoit une soupe des lumières à 18 heures. Elle sera précédée d’un goûter solidaire mensuel qui se tiendra dans le jardin Croix-Paquet dès 16h45.

Samedi, l’école des Tables-Claudiennes (1er) investira dès 14 heures la Montée de la Grande Côte et plus de 50 banderoles seront affichées sur les murs, fenêtres, vitrines, lampadaires en soutien aux enfants à la rue.

Contactée par 20 Minutes sur la situation de ces familles, la préfecture du Rhône n’a, pour l’heure, pas répondu à nos sollicitations.