Policiers brûlés à Viry-Châtillon : dix à vingt ans de réclusion pour huit accusés, cinq acquittements

JUSTICE La cour n’a pas suivi les réquisitions du parquet qui avait demandé des peines de vingt à trente ans de réclusion criminelle contre les 13 accusés de l’agression de policiers au cocktail Molotov

20 Minutes avec AFP

— 

Des policiers devant le tribunal de grande instance d'Evry, le 15 octobre 2019.
Des policiers devant le tribunal de grande instance d'Evry, le 15 octobre 2019. — BERTRAND GUAY / AFP

« Incompréhensible » pour les parties civiles, verdict « médiatique » pour la défense : la cour d’assises de l’Essonne a condamné mercredi huit jeunes à des peines allant de dix à vingt ans de réclusion pour leur rôle dans l’agression de policiers brûlés au cocktail Molotov à Viry-Châtillon en 2016, et en a acquitté cinq autres.

Jugés à huis clos depuis le 15 octobre, les huit condamnés ont été reconnus coupables de tentative de meurtre sur personnes dépositaires de l’autorité publique. Le verdict, rendu sous haute surveillance policière dans une salle pleine à craquer, a été accueilli dans le calme. La cour n’a pas suivi les réquisitions du parquet qui avait demandé jeudi, au terme d’un réquisitoire de cinq heures, des peines de vingt à trente ans de réclusion criminelle contre les 13 accusés, âgés aujourd’hui de 19 à 24 ans.

Le 8 octobre 2016, deux voitures de police stationnées à proximité de la Grande Borne, l’une des cités les plus sensibles d’Île-de-France, avaient été prises d’assaut par un groupe d’individus cagoulés et munis de 13 cocktails Molotov, qui avaient incendié les véhicules. Deux policiers en étaient ressortis gravement brûlés, deux autres plus légèrement. L’agression avait eu un immense retentissement et avait déclenché une fronde inédite dans la police. Bernard Cazeneuve, alors ministre de l’Intérieur, avait dénoncé « un acte de guerre », « une attaque barbare, sauvage, qui était destinée à tuer ».

Des peines « pas à la hauteur du crime »

« Les victimes attendaient un signal fort de la justice, un message à destination de l’ensemble du peuple français, que l’on ne touche pas à un policier (…). Les peines prononcées sont extrêmement faibles par rapport à la qualification retenue », a réagi Laurent-Franck Liénard, avocat de deux des policiers brûlés. Dénonçant un verdict « incompréhensible », il a affirmé avoir « l’impression » que ces peines « n’étaient pas à la hauteur du crime ».

Même tonalité pour l’avocat Thibault de Montbrial, qui représente une des policières prises pour cible. « Compte tenu de la violence sans cesse croissante qui monte dans notre pays, des attaques quotidiennes contre les forces de sécurité intérieures, ce verdict est extrêmement inquiétant », a-t-il dit.

« C’est simplement une décision médiatique »

Du côté de la défense, certains critiquaient au contraire un verdict trop sévère. « Quand on voit un gamin de 17 ans qui se prend dix-huit ans aux assises sans même que lui soit appliquée l’excuse de minorité, c’est parfaitement scandaleux. C’est un gamin de 17 ans qui a été complètement broyé par l’enquête », a réagi Me Deborah Meier-Mimran, dont le client était mineur au moment des faits. « C’est simplement une décision médiatique et c’est dramatique de voir à quel point les syndicats de police peuvent influencer l’opinion d’une cour d’assises », a-t-elle ajouté.

A l’énoncé du verdict, après treize heures de délibération, les accusés, serrés les uns contre les autres dans le box, sont restés stoïques. En face, sur le banc des parties civiles, Vincent R., le policier le plus gravement blessé, a maintenu sa tête baissée et a immédiatement quitté la salle d’audience une fois le jugement rendu.