Que signifie l’index pointé vers le ciel, un geste récupéré par les partisans du groupe Etat islamique ?

FAKE OFF Deux hommes ont été placés en garde à vue mercredi pour apologie du terrorisme après avoir été vus effectuant ce geste devant la cathédrale de Strasbourg. « 20 Minutes » a interrogé deux chercheurs sur la signification de ce symbole

Mathilde Cousin

— 

Des hommes lèvent l'index vers le ciel à l'enterrement symbolique d'Arafat en Turquie, en novembre 2004.
Des hommes lèvent l'index vers le ciel à l'enterrement symbolique d'Arafat en Turquie, en novembre 2004. — MUSTAFA OZER / AFP
  • Mercredi, deux hommes ont été placés en garde à vue pour apologie du terrorisme après avoir été vus levant un index pointé vers le ciel devant la cathédrale de Strasbourg.
  • En août, la BBC a présenté des excuses, après qu’une présentatrice d’un documentaire a présenté le geste comme « un salut de l’EI ».
  • Deux spécialistes reviennent pour 20 Minutes sur l’histoire et la signification de ce geste.

Que signifie l’index pointé vers le ciel, un geste repris par le groupe Etat islamique dans ses images de propagande ? Mercredi, deux hommes ont été placés en garde à vue, après avoir été vus devant la cathédrale de Strasbourg, faisant des selfies l’index pointé vers le ciel. Les deux Tchétchènes ont été placés en garde à vue pour apologie du terrorisme.

Ce geste peut-il être interprété comme un signe de radicalisation ? En août, la BBC a présenté des excuses, après qu’une présentatrice d’un documentaire a présenté le geste comme « un salut de l’EI ».

Le geste « renvoie à l’unicité de dieu »

Ce geste existait bien avant l’apparition du groupe Etat islamique. « Il renvoie à l’unicité de dieu, qui est le dogme le plus important de l’islam, explique pour 20 Minutes Thomas Pierret, chercheur au CNRS, à l’Institut de recherches et d’études sur les mondes arabes et musulmans (Iremam). Il n’y a qu’un seul dieu, c’est le fondement de la religion musulmane. » Traditionnellement, ce geste « est un geste d’affirmation de la foi, pas un geste politisé, militarisé comme il l’est devenu avec des groupes comme l’Etat islamique, rappelle Myriam Benraad, politologue spécialiste du Moyen-Orient, chercheuse à l’Iremam et auteure de Jihad : des origines religieuses à l’idéologie. Idées reçues sur une notion controversée, paru en 2018. Ces groupes politisent une pratique qui normalement relève de la sphère de l’intime. »

Comment comprendre ce geste ? « Tout est question de contexte, répond Thomas Pierret. C’est un geste, qui avant son utilisation par des éléments islamistes, a place dans un mouvement religieux. Si vous voyez un prêcheur le vendredi faire ce geste, c’est son utilisation classique. »

« Ces mouvements qui disent suivre la tradition ne le font pas »

L’EI utilise ce geste de façon « systématique », relève le chercheur. « En associant de manière systématique ce signe à la communication de leur groupe, il va finir par y être associé par un nombre important de gens. C’est exactement ce que souhaite Daesh. » Cela fait partie de la « stratégie de branding » de l’EI, avance Thomas Pierret : « ils transforment des symboles qui sont partagés par tout le monde en symboles qui leur seraient propres. » Le spécialiste avance un autre exemple, celui du drapeau brandi par les partisans de l’EI. « Ce drapeau, c’est le sceau du prophète. C’est un symbole que vous voyez dans l’histoire utilisé par tout un tas de gens. »

Le terme djihad a subi la même évolution, avance Myriam Benraad. « Il est associé à des pratiques extrêmes militantes, mais traditionnellement, il porte la notion d’effort sur soi, d’effort spirituel. Ce n’est pas un effort guerrier, comme l’interprétation portée par ces mouvements. Ces mouvements qui disent suivre la tradition ne le font pas. »

Vous souhaitez que l’équipe de la rubrique Fake off vérifie une info, une photo ou une vidéo ? Remplissez le formulaire ci-dessous ou écrivez-nous sur Twitter :  https://twitter.com/20minFakeOff

 

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre les  fausses nouvelles. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse.