La vidéo d’une chambre d’hôpital inondée à Nice est-elle authentique ?

FAKE OFF Une vidéo virale mise en ligne cette semaine sur les réseaux sociaux montre une chambre d’hôpital en proie à une inondation, alors qu’un patient s’y trouve encore allongé

Alexis Orsini

— 

Des lits dans un hôpital (illustration).
Des lits dans un hôpital (illustration). — Pexels
  • De l’eau qui coule sans s’arrêter du plafond, un sol inondé… et un personnel hospitalier qui reste malgré tout aux côtés d’un patient allongé dans son lit.
  • Cette séquence vidéo surprenante est devenue virale sur les réseaux sociaux depuis sa mise en ligne cette semaine.
  • Si elle a bien été filmée à l’hôpital L’Archet de Nice, elle remonte en réalité à une dizaine de jours – et n’a donc aucun lien avec les inondations qui viennent de frapper les Alpes-Maritimes.

La scène a beau se dérouler à l’intérieur d’un hôpital, les trombes d’eau qui émanent d’un faux plafond éventré sont dignes d’une pluie torrentielle. Et elles ne semblent plus vouloir s’arrêter. A quelques mètres, pourtant, quatre infirmières s’occupent d’un patient allongé sur son lit, comme si de rien n’était, au point qu’on en oublierait presque que le sol de la chambre est inondé.

« Voilà la situation au service de réanimation à l’hôpital de L’Archet à Nice ! C’est scandaleux pour les médecins de travailler dans ces conditions. Agnès Buzyn, il est temps d’agir pour les hôpitaux !! », dénonce le message viral publié sur Twitter, mardi 26 novembre, en légende de cette vidéo surprenante.

Difficile d’imaginer un meilleur symbole des besoins urgents réclamés par le monde hospitalier à la ministre de la Santé – qui a récemment promis des primes pour certains soignants et une reprise d’une partie de la dette des hôpitaux publics par l’Etat. Mais si la scène est bien authentique et se déroule au CHU de Nice (Alpes-Maritimes), elle remonte à une dizaine de jours, contrairement à ce qu’elle laisse penser.

FAKE OFF

Contacté par 20 Minutes, l’internaute qui a mis en ligne la vidéo précise ne pas en être l’auteur mais l’avoir récupérée auprès d’un membre du personnel préférant rester anonyme. « Ça a été filmé pendant les pluies [ importantes qui ont frappé les Alpes-Maritimes] du 14 au 15 novembre. Je l’ai publiée [hier] parce que je venais de la recevoir et d’avoir l’accord de son auteur. »

Un membre de la CGT du CHU de Nice nous confirme en outre la date de cette prise de vue : « C’est une vidéo prise il y a environ dix jours, à L’Archet 2, qui est concomitante aux fortes pluies mais pas due aux inondations [de ces derniers jours]. »

« Il y a eu rupture d’un coude en PVC sur une conduite d’alimentation en eau froide, le tuyau a cédé dans le faux plafond, donc il a fallu évacuer les patients puis évacuer le service. La réaction de l’équipe et de la direction a été immédiate, le coude a été remplacé et l’unité a été rouverte très vite », poursuit le membre du syndicat.

« Ça n’a rien à voir avec les grosses pluies »

Joint par 20 Minutes, l’un de ses collègues pointe l’emplacement problématique du service réanimation de l’hôpital : « A l’origine, sur les plans du bâtiment, cet endroit devait être destiné aux archives. Il est plus adapté à ce type de service qu’à un service médical, puisqu’il est en sous-sol et sans fenêtre. L’inondation est arrivée en même temps que les grosses pluies d’il y a une dizaine de jours, mais ça n’a rien à voir puisqu’il s’agit d’une canalisation d’eau froide qui a explosé ».

La direction de l’établissement confirme elle aussi, dans un communiqué en date du 27 novembre, la diffusion a posteriori de ces images qui laissent penser à tort à une nouvelle inondation – bien que l’hôpital ait connu de nouvelles infiltrations ce week-end : « Comme l’avait déjà indiqué le CHU le 15 novembre, cette rupture accidentelle de canalisation d’eau froide avait engendré une inondation au sein du service des soins techniques continus postopératoires de l’hôpital L’Archet 2. […] Cette canalisation, qui ne présentait jusqu’alors pas de défaut, n’avait pas fait l’objet de réparation lors des profonds travaux de rénovation engagés pour améliorer le confort des patients, l’accueil des familles et le bien-être des personnels au sein ce service. »

Pour autant, selon le premier membre de la CGT du CHU de Nice, cette vidéo reste emblématique des problèmes rencontrés par l’établissement depuis un moment – et qui font l’objet d’une importante couverture médiatique : « Ça montre bien la vétusté du bâtiment. Cette rupture est liée au vieillissement des installations et au fait que les équipes ne peuvent plus faire de révision globale du bâtiment, en raison du manque de budget et de temps. Et les annonces du plan Buzyn ne régleront pas le problème, le fait de repousser le paiement de la dette n’est pas une solution. »