Emmanuel Macron passe les troupes en revue, dans la cour des Invalides, en hommage à Jacques Chirac, le 30 septembre 2019.
Emmanuel Macron passe les troupes en revue, dans la cour des Invalides, en hommage à Jacques Chirac, le 30 septembre 2019. — Lionel BONAVENTURE / AFP

CEREMONIE

Crash d’hélicoptères au Mali : L’hommage national aux 13 soldats morts aura lieu lundi aux Invalides

Treize militaires ont perdu la vie, ce lundi, dans le crash de deux hélicoptères au Mali

L’hommage national aux 13 soldats morts lundi dans le crash de deux hélicoptères au Mali aura lieu lundi prochain  aux Invalides, a confirmé Sibeth Ndiaye, la porte-parole du gouvernement, ce mercredi.  Le président a souligné lors du Conseil des ministres que la mission des soldats sur place était « difficile et primordiale dans la lutte contre le terrorisme », a-t-elle ajouté, en indiquant que l’Elysée communiquerait prochainement les détails de la cérémonie de lundi.

Les régiments concernés présents

Leur mission vise à « renforcer notre propre sécurité sur le sol national » mais a « également vocation à accompagner, à apporter un appui important à des pays, à des États qui eux-mêmes ont fait appel à nous, et qui aujourd’hui sont fragilisés », a ajouté Sibeth Ndiaye. De source proche de la présidence, la cérémonie aura lieu dans l’après-midi et devrait inclure les régiments et les communes concernées par la mort d’un militaire, avec présence d’élèves et de représentants du monde combattant.

Lundi soir, 13 militaires français sont morts dans le crash de deux hélicoptères de combat lors d’une opération contre des djihadistes au Mali. Les deux hélicoptères qui les transportaient sont entrés en collision alors qu’ils appuyaient des commandos parachutistes au sol qui venaient de repérer des pick-up suspects, dans le sud du pays.

Le bilan militaire le plus lourd depuis 1983

Les appareils sont intervenus à très basse altitude par une nuit noire « sans lune », en « œuvrant avec des jumelles de vision nocturne », a raconté le colonel Barbry sur BFMTV. L’armée française a subi ainsi une de ses plus grandes pertes depuis l’attentat contre le QG français Drakkar à Beyrouth en 1983, qui avait fait 58 morts.

La ministre des Armées Florence Parly doit se rendre sur la base de Gao au Mali, avec le chef d’état-major des armées François Lecointre, pour s’incliner devant les 13 cercueils, avant le retour des corps en France, alors que les questions se multiplient sur les limites de l'intervention française au Sahel​. L’opération française Barkhane mobilise 4.500 hommes dans la bande sahélo-saharienne. Mais, malgré six ans de présence ininterrompue, l’horizon est de plus en plus obscurci.