Bretagne : Excédé par les rave parties sur sa commune, le maire rend le terrain impraticable

BOUM BOUM Trois fêtes sauvages ont eu lieu ces dernières semaines sur un site à l’abandon à Saint-Grégoire

Jérôme Gicquel

— 

Le parking du site où se tenaient les rave parties a été détruit.
Le parking du site où se tenaient les rave parties a été détruit. — J. Gicquel / 20 Minutes

Une méthode radicale. A Saint-Grégoire, au nord de Rennes, le maire en avait marre des rave parties qui se tenaient chaque week-end depuis trois semaines sur un site à l’abandon sur sa commune. Il a donc utilisé la manière forte en rendant le terrain squatté par les teufeurs impraticable. « La commune a mis, dans la limite de ses compétences, tout en œuvre pour faire cesser ces manifestations illégales portant atteinte à la tranquillité et à la sécurité publique », a indiqué Pierre Breteau dans un communiqué.

Les bâtiments de ce site à l'abandon pourraient prochainement être détruits.
Les bâtiments de ce site à l'abandon pourraient prochainement être détruits. - J. Gicquel / 20 Minutes

Au lendemain d’une troisième rave party consécutive, une réunion s’est tenue lundi dans la commune en présence des services de la préfecture, de la police et du propriétaire de ce site désaffecté, situé allée de la Cerisaie, au cœur de la zone industrielle et commerciale. Un arrêté de péril imminent a été pris dans la foulée et dès le lendemain, des tractopelles ont commencé à détruire le parking du site, le rendant ainsi impraticable pour les véhicules.

Un risque d’effondrement des bâtiments

Le propriétaire des lieux devrait également lancer prochainement des travaux de désamiantage et procéder à la destruction des bâtiments. Ce dernier informe d’ailleurs les personnes qui seraient tentées de pénétrer à l’intérieur du site « de l’insalubrité des locaux et de la présence avérée d’amiante » mais aussi d’un possible risque d’effondrement.

Pour éviter une nouvelle rave sauvage ce week-end, le maire de Saint-Grégoire indique qu’il a également sollicité la direction départementale de la sécurité publique pour qu’elle mette en place « toutes les mesures et contrôles nécessaires à la sécurisation du site et de ses alentours ».