Rouen, Reims, Amiens… De plus en plus de bars partenaires de l’initiative anti-harcèlement « Demandez Angela »

STOP AUX RELOUS Ce nom de code vient d'un pub du Lincolnshire en Angleterre, qui l'a lancé en 2016

L.Br.

— 

Un bar à Paris (image d'illustration).
Un bar à Paris (image d'illustration). — LAURENCE GEAI/SIPA

Un inconnu un peu trop collant dans un bar ? L’initiative « Demandez Angela » s’installe progressivement en France, rapporte  France Inter ce jeudi. Importée du Royaume-Uni, cette méthode permet aux femmes de se signaler auprès du barman si elles se sentent en insécurité.

Quand une femme se sent menacée par un homme, que la situation est devenue inconfortable et ingérable pour elle, elle peut demander au barman « où est Angela ? ». Le responsable du bar peut alors lui proposer de la conduire dans un endroit isolé, d’appeler un taxi ou la police.

Un autocollant pour signaler les bars partenaires

Ce nom de code, lancé en 2016 dans un pub du Lincolnshire en Angleterre, s’est depuis propagé grâce aux réseaux sociaux. Jusqu’à débarquer en France, à Rouen, en 2017 grâce à un collectif féministe étudiant.

Depuis, d’autres villes ont suivi : Caen, Amiens et Reims. Un autocollant est affiché à l’entrée des établissements partenaires : les femmes peuvent y entrer et demander de l’aide, même si elles ne consomment pas. « Vu à quelle vitesse l’info circule via les réseaux, je me dis qu’en cas de problème, les gens sont informés et que ça servira un jour », assure le gérant d’un bar à Rouen​.